« Recyclage le grand enfumage » est arrivé dans le Circul’livres

Recyclage, le grand enfumage

Comment l’économie circulaire est devenue l’alibi du jetable. En juillet 2018, une célèbre chaîne de café annonçait qu’elle remplaçait ses milliards de pailles par un couvercle de gobelet en plastique « recyclable » muni d’un bec. Sauf que la marque oubliait de préciser qu’il n’existe pas de filière, ni de débouchés pour le polypropylène (PP) souple dont ce couvercle est constitué. Moins drôle, sous couvert de recyclage, le traitement de certains déchets plastiques, électroniques, ou textiles reste encore massivement délocalisé avec son lot de pollutions et de nuisances. En somme, le recyclage qui semble s’attaquer à deux problématiques environnementales majeures : la surconsommation des ressources et la surproduction de déchets, n’apporte en réalité qu’une réponse très partielle puisque les procédés utilisés ont des limites techniques importantes, sont fortement consommateurs de ressources et d’énergie, et ont des débouchés insuffisants. L’auteur préconise, donc, de ne pas se laisser abuser par le terme passe-partout de « recyclage », de réduire en priorité les consommations et les déchets à la source et de privilégier la réutilisation, le réemploi et la réparation. Essai, Flore Berlingen. 128 p., 2020.

Bonne lecture,

« Planète nature » est arrivé dans le Circul’livres

Planète nature

L’album réunit, en dix bandes dessinées, dix travaux de jeunes chercheurs. Une aventure inédite de vulgarisation scientifique pour (re)découvrir la recherche et se familiariser avec des sujets aussi divers que la persistance de la chlordécone dans l’environnement, l’animal-machine dans le discours littéraire ou encore l’exploration du magnésium comme carburant. Bande dessinée, Peb & Fox. 60 p., 2020.

Bonne lecture,

« Que crève le capitalisme » est arrivé dans le Circul’livres

Que crève le capitalisme

« La catastrophe écologique est enclenchée, la crise du coronavirus a fracturé le monde entier. Un responsable : le capitalisme. En saccageant le service public de la santé, il a transformé un épisode grave mais gérable en désastre. En poursuivant la destruction des écosystèmes, il a mis en contact des virus mortels avec la population humaine. En aggravant les inégalités, il a plongé des dizaines de millions de personnes dans la misère.
Le gong avait pourtant déjà retenti lors de la crise financière de 2008. Mais plutôt que de se remettre en cause, les capitalistes ont formé un nouveau paradigme : l’avenir sera technologique, fondé sur la numérisation et l’intelligence artificielle. Il conduira à une nouvelle élite hybridée avec les machines. Et la masse de l’humanité sera rejetée dans le chaos climatique, au prix d’un apartheid généralisé.
Il faut rejeter cette vision mortifère. L’oligarchie est aujourd’hui une caste criminelle. On ne la convaincra pas, on la contraindra. Des stratégies de résistance sont nécessaires, possibles et nombreuses. Cet ouvrage est un appel à dépasser le fatalisme et à entrer en lutte.
Car le capitalisme vacille. Et c’est tant mieux : il est temps que s’ouvre le monde nouveau. » Le ton est donné, ça décape et ça fait un bien fou ! Essai, Hervé Kempf, 108 p., 2020.

Bonne lecture,

« Le guide de l’alimentation durable » est arrivé dans le Circul’livres

Le guide de l’alimentation durable

S’engager pour la planète sans se prendre la tête. l Un quart des émissions de gaz à effet de serre des Français vient de ce qu’ils mangent ! Concrètement, cela signifie donc que le contenu de notre assiette a plus d’impact sur le climat que les secteurs des transports, de l’habitation et du bâtiment. Il y a donc dans notre alimentation un puissant levier d’action pour changer la donne ! Après avoir décrit sa propre expérience et expliqué les enjeux écologiques de la démarche, l’auteure guide le lecteur pas à pas à travers un plan d’actions : réduire son impact carbone (moins de produits animaux, acheter local) ; avaler moins de toxiques (ustensiles de cuisine en matériaux durables, aliments bio) ; éviter de gaspiller (comment conserver et préparer pour ne rien jeter). Avec ce guide, vous saurez quels matériaux bannir de votre cuisine, vous réciterez par cœur la liste noire des aliments les plus pollués et la liste verte des aliments les plus écolos, vous pourrez démarrer votre cuisine végé avec 25 recettes et connaîtrez la liste des 5 aliments les plus impliqués dans la déforestation… Vous en demandez encore ? Guide, Aline Gubri, 212 p., 2020.

Bonne lecture,

« L’exode ubain » est arrivé dans le Circul’livres

L’exode urbain

Manifeste pour une ruralité positive. Quotidien éreintant, coûteux, incitations à la consommation omniprésentes, des liens sociaux superficiels, souvent bien loin de la vie que l’on a pu idéaliser… Quand tout s’accélère autour de nous, on se sent parfois dépassés, pas à notre place, pris dans le tumulte de la productivité et de la consommation de masse. Nous voici invités à une prise de recul et une analyse de nos quotidiens urbains, pour un passage à l’action vers un mode vie plus durable, plus humain, plus rural. Mais, ici, la ruralité est moderne, connectée à la ville, dans une dynamique coopérative et intégrative des espaces de vie. C’est l’exode 2.0. Celui qui a pour but de générer un regain d’intérêt envers les campagnes, en changeant le regard qui est porté sur elles. « Petit » manifeste, Claire Desmares-Poirrier 96 p., 2020.

Bonne lecture,

« Ma vie dans les bois » est arrivé dans le Circul’livres

Ma vie dans les bois

Un mangaka, après trente ans de carrière, décide de partir vivre en autonomie dans la montagne. S’approchant de la cinquantaine, et tandis qu’il vient de mettre un point final à sa dernière série fleuve, son éditeur lui demande de trouver une nouvelle idée originale pour son prochain titre. D’abord en manque d’inspiration, le dessinateur va finalement se lancer dans un projet « un peu » fou : partir vivre dans la montagne, sans eau courante ni électricité, et raconter son nouveau quotidien en manga ! Sa femme finira par le suivre, malgré « quelques » appréhensions… De la construction de leur maison passive en bois jusqu’au difficile apprentissage de l’autonomie alimentaire, on suit la vie incroyable de ce couple plus tout à fait comme les autres ! Manga volume 1/10, Shin Morimura, 140 p., 2015.

Bonne lecture,

« Survivant » est arrivé dans le Circul’livres

Survivant

Le jeune Satoru Suzuki, 14 ans, part explorer une grotte près de Tokyo avec des amis. Mais alors qu’ils sont dans la cavité, un gigantesque tremblement de terre frappe la région et Satoru se réveille seul dans une grotte très instable et en cours d’effondrement. Il parvient à ressortir mais ne retrouve plus ses amis, ni même âme qui vive. Perdu, affamé, épuisé, il entame un long apprentissage de survie. Il réussit petit à petit à attraper des poissons et surtout à faire du feu en se servant de l’opercule de son appareil photo comme d’une loupe, puis se réfugie dans une petite grotte. Un jour, espérant attraper des coquillages en plongeant dans la mer, il découvre une forêt au fond de l’eau et réalise ainsi que le Japon est maintenant submergé. Petit à petit, Satoru commence à acquérir une solide expérience, fabriquant une canne à pêche, un arc, des pièges et en apprenant plus sur la conservation de la nourriture. Manga volume 1/10, Takao Saito, 380 p., 2006.

Bonne lecture,

« Algues vertes » est arrivé dans le Circul’livres

Algues vertes

L’histoire interdite. Pas moins de trois hommes et quarante animaux ont été retrouvés morts sur les plages bretonnes. L’identité du tueur est un secret de polichinelle : les algues vertes. Un demi-siècle de fabrique du silence raconté dans une enquête fleuve.Des échantillons qui disparaissent dans les laboratoires, des corps enterrés avant d’être autopsiés, des jeux d’influence, des pressions et un silence de plomb. L’intrigue a pour décor le littoral breton et elle se joue depuis des dizaines d’années. L’enquête sans précédent, fait intervenir lanceurs d’alerte, scientifiques, agriculteurs et politiques. Elle est menée tambour battant avec ironie et humour. Bande dessinée, Inès Léraud et Pierre Van Hove. 160 p., 2019.

Bonne lecture,

« Manger » est arrivé dans le Circul’livres

Manger


Plaidoyer pour une sécurité sociale de l’alimentation. La crise du coronavirus et les mesures de confinement ont mis en évidence les fragilités d’un système qui ne garantit pas la nourriture à tous, encore moins la nourriture de qualité. La désorganisation des grandes institutions a livré les plus précaires à eux mêmes. Elle réactive du même coup une exigence qui monte en puissance depuis plusieurs mois : à savoir celle d’une sécurité sociale de l’alimentation, comme il existe une sécurité sociale de la santé. Sa mise en œuvre impose de remettre à plat tout un système aujourd’hui piloté par l’agro-industrie et qui a fait de la pauvreté un de ses rouages autant qu’un de ses débouchés, et de la privatisation des ressources une de ses raisons d’être. Elle implique aussi de réinterroger notre fonctionnement démocratique qui continue d’écarter les femmes de prises de décisions dont elles sont, au quotidien, les premières à assumer les conséquences. Plaidoyer, Entretien de Dominique Paturel, réalisé par Marie-Noelle Bertrand, 128 p., 2020.

Bonne lecture,