Panier du mercredi 22 juillet 2020

Pour vous aider à préparer vos menus de la semaine nous postons en principe un article présentant la composition du panier tous les mardis, si on a réussi à joindre nos maraîchers, plus souvent dehors qu’entre 4 murs…

En avant les salades et autres délices d’été ! Les paniers sont bien remplis mais à la ferme, on manque d’eau.

Tomates, façon cocktail ou gaspacho

Le panier

  • Salade
  • Tomates
  • Oignons
  • Courgettes
  • Concombre
  • Pommes de terre Linzer

 

  • Dans le grand panier, navets et haricots

 

Bulletin n°5 – Amap où ça ? – mercredi 8 avril 2020


Chers Amapiens, du site du 20e – sans domicile de livraison

Le confinement dure, dure, dure…

Nous sommes exilés au 40 rue de la Réunion, un hall d’accès aux boxes de motos dont Jacques, généreux mécanicien de l’atelier de moto « Génération Scrambler », nous laisse profiter.

Mais, c’est un espace privé, d’autres habitants pourraient protester de notre présence clandestine. Nous devons veiller à rester très discrets pour ne pas gêner le voisinage, pour ne pas troubler le silence qui règne sur Paris et dans cette rue étroite.

Nos recherches pour un lieu pérenne sont suspendues à la levée du confinement. Nous devons attendre la ré-ouverture des lieux publics, comme ce gymnase tant convoité de la rue des Haies, pour que notre dossier soit traité.

Nous espérons que nos mails à la Mairie du 20e et à l’Hôtel de Ville seront lus et que notre dossier détaillé, avec photo du hall du gymnase des Vignoles sera étudié rapidement pour qu’une suite favorable nous soit donnée ! Nous en rêvons…

Nous rêvons aussi de retrouver l’esprit amapien des distributions, convivial, où on joue -un peu- à la marchande derrière nos cageots de légumes, où on s’échange des recettes via le classeur, où on dépose dans une cagette nos légumes pour le troc… des idées venues de Flore et tout de suite adoptées par un grand nombre.

En attendant le retour à la vie amapienne tranquille et énergique, nos partages de légumes ressemblent davantage à un rencart glauque pour une distribution de sacs plastiques bosselés, remplis de légumes dépassant de tous cotés, sacs lourds qu’on soulève à deux mains pour ne pas les déchirer et qu’on fourgue en vitesse dans des caddies à roulette d’êtres silencieux venus en file indienne, masqués et gantés, qui s’enfuient sitôt servis… quel étrange mic-mac !

A suivre…

Sophie