« Une sacrée Mamie » est arrivé dans le Circul’livres

Une sacrée mamie

Akihiro est un jeune garçon turbulent qui vit à Hiroshima, 10 ans après la guerre, avec sa mère et son frère. Il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère qui habite dans la petite ville de Saiga. Tout d’abord triste de quitter sa famille et un peu effrayé de vivre seul avec une vieille femme à la campagne, Akihiro doit néanmoins apprendre à s’adapter et à aimer sa nouvelle existence. Un titre qui ne paye pas de mine, pourtant, le récit est autobiographique, le duo de la grand-mère et de l’enfant est irrésistible, le dessin est expressif et stylisé, bref, c’est un bijou ! Manga, Yoshichi Shimada et Saburo Ishikawa, 200 p., 2017.

Bonne lecture,

« Par-delà nature et culture » est arrivé dans le Circul’livres

Par-delà nature et culture

« La nature, ça n’existe pas. » Peut-on penser le monde sans distinguer la culture de la nature ? L’auteur propose ici une approche nouvelle des manières de répartir continuités et discontinuités entre l’homme et son environnement : le totémisme, qui souligne la continuité matérielle et morale entre humains et non-humains , l’analogisme, qui postule entre les éléments du monde un réseau de discontinuités structuré par des relations de correspondances ; l’animisme, qui prête aux non-humains l’intériorité des humains, mais les en différencie par le corps ; le naturalisme qui nous rattache au contraire aux non-humains par les continuités matérielles et nous en sépare par l’aptitude culturelle. La lecture de l’ouvrage est de qualité théorique et assez particulièrement difficile. Mais de nombreux passages sont plus sensibles ou sont des retours d’expérience — la rencontre avec les Achuars (le dernier groupe des Jivaros, peu touché par les contacts extérieurs), ou la place du paysage dans la peinture, par exemple — et livrent des démonstrations puissantes, parlantes et vivantes. Mine de rien, avec cet ouvrage qui fait somme, la manière de penser en sciences se trouve fortement recomposée. Essai, Philippe Descola, 680 p., 2005.

Bonne lecture,

« Recyclage le grand enfumage » est arrivé dans le Circul’livres

Recyclage, le grand enfumage

Comment l’économie circulaire est devenue l’alibi du jetable. En juillet 2018, une célèbre chaîne de café annonçait qu’elle remplaçait ses milliards de pailles par un couvercle de gobelet en plastique « recyclable » muni d’un bec. Sauf que la marque oubliait de préciser qu’il n’existe pas de filière, ni de débouchés pour le polypropylène (PP) souple dont ce couvercle est constitué. Moins drôle, sous couvert de recyclage, le traitement de certains déchets plastiques, électroniques, ou textiles reste encore massivement délocalisé avec son lot de pollutions et de nuisances. En somme, le recyclage qui semble s’attaquer à deux problématiques environnementales majeures : la surconsommation des ressources et la surproduction de déchets, n’apporte en réalité qu’une réponse très partielle puisque les procédés utilisés ont des limites techniques importantes, sont fortement consommateurs de ressources et d’énergie, et ont des débouchés insuffisants. L’auteur préconise, donc, de ne pas se laisser abuser par le terme passe-partout de « recyclage », de réduire en priorité les consommations et les déchets à la source et de privilégier la réutilisation, le réemploi et la réparation. Essai, Flore Berlingen. 128 p., 2020.

Bonne lecture,

« Planète nature » est arrivé dans le Circul’livres

Planète nature

L’album réunit, en dix bandes dessinées, dix travaux de jeunes chercheurs. Une aventure inédite de vulgarisation scientifique pour (re)découvrir la recherche et se familiariser avec des sujets aussi divers que la persistance de la chlordécone dans l’environnement, l’animal-machine dans le discours littéraire ou encore l’exploration du magnésium comme carburant. Bande dessinée, Peb & Fox. 60 p., 2020.

Bonne lecture,

« Que crève le capitalisme » est arrivé dans le Circul’livres

Que crève le capitalisme

« La catastrophe écologique est enclenchée, la crise du coronavirus a fracturé le monde entier. Un responsable : le capitalisme. En saccageant le service public de la santé, il a transformé un épisode grave mais gérable en désastre. En poursuivant la destruction des écosystèmes, il a mis en contact des virus mortels avec la population humaine. En aggravant les inégalités, il a plongé des dizaines de millions de personnes dans la misère.
Le gong avait pourtant déjà retenti lors de la crise financière de 2008. Mais plutôt que de se remettre en cause, les capitalistes ont formé un nouveau paradigme : l’avenir sera technologique, fondé sur la numérisation et l’intelligence artificielle. Il conduira à une nouvelle élite hybridée avec les machines. Et la masse de l’humanité sera rejetée dans le chaos climatique, au prix d’un apartheid généralisé.
Il faut rejeter cette vision mortifère. L’oligarchie est aujourd’hui une caste criminelle. On ne la convaincra pas, on la contraindra. Des stratégies de résistance sont nécessaires, possibles et nombreuses. Cet ouvrage est un appel à dépasser le fatalisme et à entrer en lutte.
Car le capitalisme vacille. Et c’est tant mieux : il est temps que s’ouvre le monde nouveau. » Le ton est donné, ça décape et ça fait un bien fou ! Essai, Hervé Kempf, 108 p., 2020.

Bonne lecture,

« Le guide de l’alimentation durable » est arrivé dans le Circul’livres

Le guide de l’alimentation durable

S’engager pour la planète sans se prendre la tête. l Un quart des émissions de gaz à effet de serre des Français vient de ce qu’ils mangent ! Concrètement, cela signifie donc que le contenu de notre assiette a plus d’impact sur le climat que les secteurs des transports, de l’habitation et du bâtiment. Il y a donc dans notre alimentation un puissant levier d’action pour changer la donne ! Après avoir décrit sa propre expérience et expliqué les enjeux écologiques de la démarche, l’auteure guide le lecteur pas à pas à travers un plan d’actions : réduire son impact carbone (moins de produits animaux, acheter local) ; avaler moins de toxiques (ustensiles de cuisine en matériaux durables, aliments bio) ; éviter de gaspiller (comment conserver et préparer pour ne rien jeter). Avec ce guide, vous saurez quels matériaux bannir de votre cuisine, vous réciterez par cœur la liste noire des aliments les plus pollués et la liste verte des aliments les plus écolos, vous pourrez démarrer votre cuisine végé avec 25 recettes et connaîtrez la liste des 5 aliments les plus impliqués dans la déforestation… Vous en demandez encore ? Guide, Aline Gubri, 212 p., 2020.

Bonne lecture,

« L’exode ubain » est arrivé dans le Circul’livres

L’exode urbain

Manifeste pour une ruralité positive. Quotidien éreintant, coûteux, incitations à la consommation omniprésentes, des liens sociaux superficiels, souvent bien loin de la vie que l’on a pu idéaliser… Quand tout s’accélère autour de nous, on se sent parfois dépassés, pas à notre place, pris dans le tumulte de la productivité et de la consommation de masse. Nous voici invités à une prise de recul et une analyse de nos quotidiens urbains, pour un passage à l’action vers un mode vie plus durable, plus humain, plus rural. Mais, ici, la ruralité est moderne, connectée à la ville, dans une dynamique coopérative et intégrative des espaces de vie. C’est l’exode 2.0. Celui qui a pour but de générer un regain d’intérêt envers les campagnes, en changeant le regard qui est porté sur elles. « Petit » manifeste, Claire Desmares-Poirrier 96 p., 2020.

Bonne lecture,

« Ma vie dans les bois » est arrivé dans le Circul’livres

Ma vie dans les bois

Un mangaka, après trente ans de carrière, décide de partir vivre en autonomie dans la montagne. S’approchant de la cinquantaine, et tandis qu’il vient de mettre un point final à sa dernière série fleuve, son éditeur lui demande de trouver une nouvelle idée originale pour son prochain titre. D’abord en manque d’inspiration, le dessinateur va finalement se lancer dans un projet « un peu » fou : partir vivre dans la montagne, sans eau courante ni électricité, et raconter son nouveau quotidien en manga ! Sa femme finira par le suivre, malgré « quelques » appréhensions… De la construction de leur maison passive en bois jusqu’au difficile apprentissage de l’autonomie alimentaire, on suit la vie incroyable de ce couple plus tout à fait comme les autres ! Manga volume 1/10, Shin Morimura, 140 p., 2015.

Bonne lecture,