Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Plaidoyer pour le vin naturel

 

 

Bonne lecture,

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Vivre avec la terre

 

 

Bonne lecture,

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Encore un Robinson

Le mythe est vivace et les thèmes qui s’en rapprochent reprennent des couleurs à chaque vacances : l’aventure ou comment organiser la survie en milieu naturel, le retrait de la civilisation, l’acceptation de la solitude, la nature complice et alliée ou inconnue et hostile, le triomphe ou, plus rarement, la défaite du héros.

 

Robinson Crusoé

 

 

Bonne lecture,

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Le Mur invisible

Un roman d’un retour à la terre qui a été rangé dans une catégorie à enrichir, celle de l’écoféminisme ! Après une catastrophe planétaire, la narratrice reste seule au chalet dans la forêt autrichienne. Elle est séparée du reste du monde par un mur invisible. Derrière ce mur, tous les êtres vivants qu’elle aperçoit, d’abord apparemment endormis, ont été pétrifiés. Rapidement, elle prend son destin en main et organise sa survie ainsi que celle de ses animaux familiers : trouver les limites de son territoire, inventorier ses possessions. Et commencer à se restreindre, planter, couper du bois, réparer, entretenir, stocker, chasser. Elle doit non seulement affronter les intempéries, la faim, les bobos, la maladie, faire face à un quotidien austère fait de tâches éprouvantes et répétitives, mais aussi lutter pour ne pas se laisser envahir par ses souvenirs, la peur ou la conscience de sa situation. Elle prend des notes sur sa vie quotidienne, qu’elle utilisera plus tard pour raconter son histoire. Roman, Marlen Haushofer, 340 p., 1963.

 

Bonne lecture,

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

La Mort de la terre

Un contrepied romanesque à la croyance que le progrès scientifique amènerait le bonheur à l’humanité : dans un futur lointain, la Terre est devenue, du fait de sa surexploitation par l’espèce humaine, un immense désert desséché. Les quelques communautés restantes limitent les naissances et incitent les humains à pratiquer l’euthanasie pour obtenir une mort plus rapide. Targ, sa femme, sa sœur, et leurs enfants, les derniers vivants sur Terre encore prêts à survivre, partent à la recherche d’eau et de nouvelles terres pour reconstruire. En parallèle, une autre race d’êtres mi-vivants mi-minéraux, prospère sur les ruines de la civilisation humaine : les Ferromagnétaux. Dans cette œuvre de science-fiction, l’évocation de cette race humaine, incapable de se concevoir à elle-même, repose la question fondamentale de la communication à l’autre. L’impossibilité de se comprendre est à l’origine de la disparition d’une race au profit d’une autre. Roman, Rosny aîné, 140 p., 1910.

 

Bonne lecture,

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Le réseau secret de la nature

Saviez-vous que les arbres contribuent à la formation des nuages ? Que les loups peuvent modifier le cours des rivières ? Que le sort du sanglier dépend du ver de terre ?
Peter Wohlleben est garde forestier depuis une vingtaine d’années, il est observateur et il aime raconter les histoires. J’ai rendu service à ma voisine malade en lui faisant ses courses. Elle m’a donné ce livre pour me remercier. Ma voisine va beaucoup mieux et il faut lire ce livre de secrets en se promettant de les répéter… Essai, Peter Wohlleben, 246 p., 2019.

 

Bonne lecture,

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Sur le thème de Robinson

Le mythe est vivace et les thèmes qui s’en rapprochent reprennent des couleurs à chaque vacances : l’aventure ou comment organiser la survie en milieu naturel, le retrait de la civilisation, l’acceptation de la solitude, la nature complice et alliée ou inconnue et hostile, le triomphe ou, plus rarement, la défaite du héros. Un thème en appelant un autre, voici un autre récit d’après l’apocalypse et la destruction de toute forme de civilisation.

 

La peste écarlate

Un ancien professeur d’université erre en compagnie de ses petits-enfants, revêtus de peaux de bêtes, dans un paysage désolé. Celui de la baie de San Francisco, ravagée soixante ans auparavant par un terrible fléau. Nous sommes en 2013. Ils chassent pour se nourrir, se protègent des ours et des loups, font du feu. Ce survivant tente de raconter le monde d’avant à des enfants qui ne savent ni lire ni même compter. La seule issue est de reprendre depuis les commencements la marche vers la civilisation perdue. Roman, Jack London, 92 p, 1912.

 

 

Vous avez peut-être dans votre bibliothèque de quoi étoffer cette rubrique ! Regardez…

 

Bonne lecture,