Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Désert solitaire

Edward Abbey évoque son passage comme ranger dans le parc national des Arches en plein cœur du désert de l’Utah. Ce texte, un des plus beaux jamais écrit sur le désert américain, est un chant d’amour de la nature sauvage, la « wilderness », et un cri de colère après avoir constaté les dégâts apportés par ce qu’on appelle le progrès. « Je n’ai que d’excellents souvenirs de ces périodes, notamment des deux premières saisons, où le tourisme ne s’était pas encore développé et où le temps passait comme le temps devrait toujours passé : avec une lenteur extrême, des jours qui s’étirent et se traînent, longs et lents et libres comme des étés d’enfant. Il y avait enfin du temps pour ne rien faire, ou presque rien, et l’essentiel de la substance de ce livre est tiré, parfois tel quel, sans corrections ni ajouts, des pages du journal que je tenais au fil de ces jours qui s’écoulaient ainsi, sans à-coup ni rupture, pendant ces merveilleux étés. […] Ce n’est pas fondamentalement un livre sur le désert. En tenant les minutes des impressions que suscitait en moi la scène naturelle, je me suis avant tout efforcé de viser l’exactitude, car je crois qu’il existe une forme de poésie, et même une forme de vérité, dans la pure nudité des faits. Mais le désert est un vaste monde, un monde océanique aussi profond, aussi complexe et changeant que la mer. » Une merveille de langage, de combativité, d’humour, de mauvaise foi, bref de poésie sur la vie sauvage. Roman, Edward Abbey, 1968, 350 p.

 

 

Bonne lecture,

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Il faut tuer José Bové

A mourir de rire. Un tueur à gages est engagé pour liquider le leader des altermondialistes qui a refusé de d’accorder son droit à l’image à un fabricant de jouets qui veut inonder le marché avec des figurines José Bové… Clins d’œil, humour dans les détails des dessins, dialogues enlevés, cette balade chez les altermondialistes n’épargne personne ! Bande dessinée, Jul, 48 p., 2010.

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Au delà du bio : la consom’action

C’est dit, consommer est un nouvel acte de citoyenneté. A condition d’y mettre une éthique, des enjeux et du sens au devenir du monde. Un ouvrage qui offre des pistes pour prendre position et s’engager en pratique comme consommateur et citoyen. Essai, Jean-Pierre Rimsky-Korsakoff, 236 p., 2003.

 

 

 

 

Bonne lecture,

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Les poules préfèrent les cages

Il y a quelques années, une étude scientifique sur le comportement des poules élevées en batterie concluait qu’elles n’étaient pas gênées par leur cage, mais s’y trouvaient au contraire plus en sécurité qu’ailleurs. De là à dire que les poules préfèrent les cages, il n’y a qu’un pas. Pourquoi ne pas dire alors que les veaux préfèrent être dans l’obscurité, les otaries exhibées dans des cirques et les Indiens parqués dans des réserves ? Manifeste, Armand Farrachi, 120 p., 2012.

 

Bonne lecture,

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Main basse sur la terre

Land grabbing et nouveau colonialisme. Enquête sur l’accaparement des terres dans le monde, de l’Arabie saoudite au Brésil en passant par l’Ethiopie. En quelques années, avec l’augmentation de la demande en agrocarburants, ce phénomène s’est fortement développé. Dans certaines réunions de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les paysans spoliés tentent de se faire entendre face aux institutions financières internationales. Essai, Stefano Liberti, 220 p., 2011.

 

 

 

Bonne lecture,

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Des jardins en partage

« Mon expérience me prouve que c’est de la rencontre physique que naissent les dynamiques de coopération et de solidarité, indispensables à un développement économique responsable. Dans nos jardins, les rapports de voisinage entraînent des conséquences positives très concrètes autour de la garde des petits et de l’échange de coups de main. Cette économie-là rentre pour une part importante dans te confort des familles. Il ne faut plus la considérer comme anecdotique, mais se souvenir que, tors des événements difficiles, cette solidarité de proximité fait des merveilles. » Conversation avec Eric Pradine, initiateur des jardins partagés, 86 p., 2009

 

 

 

Bonne lecture,

 

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Guerre et Paix… et Ecologie

On suffoque. 10% des émissions annuelles de carbone à l’échelle globale (au moins) proviennent uniquement des activités militaires ; plus de 1% de la surface terrestre (soit davantage que la superficie de la France) est squattée par les camps d’entraînement militaire réservés exclusivement au maniement des armes, y compris en temps de paix. Alors, la crise climatique est seulement affaire d’écologie ? Pas de diplomatie environnementale ou de rapports de forces géopolitiques ? Le livre met en lumière le poids des activités militaires pour la planète écologie. Essai, Ben Cramer, 172 p. 2014

 

 

 

Bonne lecture,