« Il était une bergère » est arrivé dans le Circul’livres

Il était une bergère

Une graphiste parisienne devient bergère après une rencontre avec un éleveur de moutons dans le Cotentin... Aujourd’hui, même si rien n’est facile, elle produit des agneaux de grande qualité. Elle raconte son histoire, témoigne très librement, et se bat pour l’avenir d’un métier. Témoignage, Yves Deloison & Stéphanie Maubé, 248 p, 2020

Bonne lecture,

« Mes meilleures tisanes aromatiques » est arrivé dans le Circul’livres

Mes meilleures tisanes aromatiques

Boire une tisane pour le plaisir, pour se soigner, pour faire une pause ou se remettre… Avec une poignée d’herbes tout juste cueillies ou avec un sachet choisi avec soin. Dans cet ouvrage, elles sont associées aux huiles essentielles pour être meilleures et plus efficaces. Recettes, Danièle Festy, 236 p, 2010

Bonne lecture,

« Homéopathie à la ferme » est arrivé dans le Circul’livres

Homéopathie à la ferme

Agnès, Vincent, François, Yveline et les autres, sont éleveurs depuis de nombreuses années. Préoccupés par la question du bien être et de la santé de leurs animaux, ils ont la curiosité de s’intéresser aux médecines alternatives. La rencontre avec un vétérinaire homéopathe et une conseillère en élevages biologiques les conduit à se former, expérimenter, à échanger entre eux pour soigner autrement. Dans ce livre, fruit d’un cheminement collectif, ils témoignent de leurs réussites et de leurs tâtonnements ; mais bien au-delà d’une connaissance technique, ils nous parlent de patience, d’observation, d’entraide, de choix, de responsabilité… Un art de vivre avec les animaux qui interroge profondément notre vision de la santé. Ce livre est le fruit de ce cheminement collectif. Il se veut un outil à la disposition de toutes celles et ceux que la curiosité n’effraie pas et que la santé de la planète préoccupe. Témoignages, Collectif, 220 p, 2011.

Bonne lecture,

« Le BIO, indispensable ou inutile » est arrivé dans le Circul’livres

Le BIO, indispensable ou inutile ?

Il fallait y penser : un livre format poche vendu en kiosques pour faire le tour d’un sujet d’actualité. Soit 52 minutes de lecture pour occuper un trajet aller – retour au travail ! Dans ce  numéro, il s’agit de décrypter le mot « bio » en toute objectivité : son origine, ses principes, ses atouts réels ou supposés. L’auteur analyse sous différents angles ce phénomène qui n’a rien d’une mode, mais qui remet en question toute notre société de consommation… Essai, Cécile Maillard, 110 p, 2010.

Bonne lecture,

« La fabuleuse histoire des légumes » est arrivé dans le circul’livres

La fabuleuse histoire des légumes

Comment devient-on ce qu’on est, quand on naît carotte ou brocoli ? Du sulfureux artichaut, apprécié à la Renaissance pour ses vertus aphrodisiaques et adoré de Sigmund Freud, à l’exotique topinambour, l’auteure nous raconte le destin des favoris du marché comme des oubliés du potager. Elle nous apprend à goûter en connaissance de cause. Car manger un légume, c’est assimiler une partie de l’histoire du monde… Essai, Evelyne Bloch-Dano, 152 p, 2008.

Bonne lecture,

« Guide du shopping solidaire » est arrivé dans le Circul’livres

Guide du shopping solidaire à Paris

200 adresses pour consommer utilement et voir le Paris du développement durable, de l’insertion et du commerce équitable. Histoire, culture, littérature, cinéma, peinture mais également plaisirs de la table sont au sommaire. Des adresses d’hébergements qui n’oublient ni les campings ni les auberges de jeunesse, les restaurants et les cafés. Seule réserve, sa date de publication un peu ancienne. A actualiser de toute urgence, en en conservant l’inspiration ! Guide, Hélène Binet, Emmanuelle Vibert, 160 p, 2005

Bonne lecture,

« Non à la déforestation » est arrivé dans le Circul’livres

Chico Mendes NON à la déforestation

Chico n’a que neuf ans quand son père l’emmène pour la première fois récolter le latex au cœur de la forêt amazonienne. Chico est « seringueiro », comme son père. Le petit garçon rêve plus que tout d’apprendre à lire et à écrire, pour ne plus dépendre totalement du patron. Sa rencontre avec Euclide, un ancien militaire, va changer sa vie. Au fil des pages, le lecteur suit le parcours du jeune homme, devenu leader du syndicat des seringueiros, et son combat poignant pour la forêt, contre ces hommes qui veulent abattre les arbres de plus en plus vite afin de développer une agriculture intensive. En 1987, Chico est soutenu par des hommes du monde entier, convaincus comme lui qu’il faut préserver cette fantastique réserve animale et végétale, car défendre les arbres, c’est défendre les hommes et refuser les injustices ; mais dans son pays tout le monde ne voit pas ses actions d’un très bon œil… Roman jeunesse (dès 12 ans), Isabelle Collombat, 80 p, 2017

Bonne lecture,

« La revue dessinée n°28 » est arrivé dans le Circul’livres

La revue dessinée n°28

La plupart des sujets fait une large part à l’environnement. L’actualité y est traitée par le texte autant que par le dessin, avec du recul, donc ; le temps qu’il faut pour sortir du brûlant et donner de l’information. Entr’autres sujets, La fin d’un monde : collapsologues et survivalistes se préparent à affronter la fin de notre civilisation. L’effet domino : les sols gelés de l’Arctique fondent comme neige au soleil et nous regardons ailleurs. La ruée vers l’or vert : voyage dans le Far West des plantations illégales. Revue, Collectif, 228 p, été 2020

Bonne lecture,

« L’invention de la nature » est arrivé dans le Circul’livres

L’invention de la nature

Mais comment a-t-on pu oublier Alexander von Humboldt (1769 – 1859)? C’est à lui, naturaliste, géographe et explorateur, que nous devons notre représentation moderne de la nature comme un tout dont l’homme peut altérer l’équilibre. Ainsi, il tentera toute sa vie de reconstituer rien moins que « les rapports qui enchaînent tous les phénomènes et toutes les forces de la nature. » Sa tâche semble alors infinie. Car avant « d’inventer » la nature, Humboldt l’a d’abord habitée, observée, mesurée. Il l’arpente à cheval, en bateau, à pied, avec d’énormes sacs d’échantillons et d’instruments. Il gravit des volcans pieds nus, descend des rapides, va où nul n’est encore allé. À 60 ans encore, il traverse la Russie ravagée par la peste, prend le thé avec des commandants chinois en Mongolie, note l’impact de l’agriculture intensive sur la steppe. L’auteur, historienne et romancière, nous emporte dans cette aventure biographique et scientifique. Dès les premières pages, on plonge dans l’Europe de la fin des Lumières, et l’on suit avec passion la métamorphose de la nature sous le regard de celui qui sera le plus grand inspirateur de la pensée de Darwin. Roman, Andrea Wulf, 624 p, 2017.

Bonne lecture,

« Dans un pays de Cocagne » est arrivé dans le Circul’livres

Dans un pays de Cocagne

« Il y a en réalité beaucoup plus que des légumes qui s’échangent . » D’abord éducateur dans un centre d’hébergement à Besançon, il fonde le premier Jardin de Cocagne. L’idée est simple : donner du travail à des personnes en difficulté, en développant une agriculture de proximité et en distribuant des légumes bio à des adhérents consommateurs. Le premier Jardin fait des petits et en 1999 naît officiellement le Réseau Cocagne. Entretien, Jean-Guy Henckel, 160 p, 2009.

Bonne lecture,