« La Revue dessinée Printemps 2020 » est arrivé dans le Circul’livres

La revue dessinée n°27

La plupart des sujets fait une large part à l’environnement. L’actualité y est traitée par le texte autant que par l’image, avec du recul, donc ; le temps qu’il faut pour sortir du brûlant et donner de l’information.  Entr’autres, Tais-toi et creuse : la France prépare la Meuse à devenir une immense poubelle nucléaire. Entre deux portes :  pourquoi les lobbies sont-ils si puissants ? Ça sent le sapin : sur les traces du douglas, l’arbre qui cache la forêt en péril. Revue, Collectif, 228 p, printemps 2020

Bonne lecture,

Des arbres et des hommes

« La forêt précède l’homme, les déserts le suivent », c’est de Chateaubriand. Aujourd’hui, la densité humaine impose sa marque aux forêt et, à quelques rares exceptions, l’homme la pénètre, la modifie ou la dégrade.

C’est l’histoire d’une forêt, qui selon les temps et les milieux, a été conçue de manières différentes et parfois contradictoires par les hommes. Gérée et entretenue, ou laissée en libre évolution, attaquée et dégradée ou perçue comme un lieu dangereux, une forêt fortement liée à l’homme où il se passe toujours quelque chose.

 

Épisode 2 : L’arbre à loques guérisseur

Au creux d’une vallée Normande, derrière l’église du Pré-d’Auge, un arbre à loques aux feuilles de soin, un spectacle mystérieux, irréel. Mais qui est véritablement cet arbre au pouvoir guérisseur ? Quel est son pouvoir ? On y attache l’habit d’un malade et il doit guérir.  Accroché ou cloué à même le tronc, des mouchoirs, des culottes, un pull, des gants, des vêtements d’enfants, des chaussettes, un soutien-gorge et même une photo. L’objet laissé sert à la fois de messager et de « fixateur » du mal dont souffre la personne. Si on demande aujourd’hui aux habitants de Lisieux où se trouve l’arbre qui peut guérir les maladies de la peau, ils indiqueront encore le chemin de cet arbre.

Épisode 3 : Un arbre dans la ville

Diminution de la chaleur, lutte contre la pollution, amélioration du bien-être des habitants… Les services que les arbres rendent à la ville sont d’autant plus importants que la population urbaine augmentent. Dans les grandes métropoles des projets ambitieux sont lancés, pour que la végétation reprenne enfin ses droits et son rôle et nous préserve. Vincent Dellus arboriste se déplace sur les routes de France, avec sa camionnette pour aller au chevet des arbres urbains et péri-urbains. Un test de traction, un diagnostic phytosanitaire, une expertise de sécurité, tel est le quotidien de ce pionnier en France d’analyse mécanique globale et non perturbante des arbres.  Il s’active chaque jour pour sauver les arbres d’une coupe certaine, sans pour autant lésiner sur la sécurité des personnes.

Épisode 4 : L’arbre sensible

Les arbres communiquent entre eux, ils sont sensibles, réactifs. Capables de s’adapter aux variations météorologiques de la lumière et du vent ils ont aussi des capacités d’apprentissage. Mais à quoi pensent-ils quand ils s’agitent au gré du vent ? Souffrent-ils ? Ont-ils de la mémoire, une intelligence, développent-ils entre eux des amitiés particulières ? Guidés par des scientifiques, nous plongerons au cœur de la sensibilité végétale, pour percer les mystères de l’arbre. Avec cette nouvelle prise de conscience, c’est toute la question des droits de la nature qui se pose désormais.

 

Bonne écoute,

La Toile des AMAP N°168

PénélopeSaviez-vous que, selon le site internet du MIRAMAP (1), on dénombrait en France, en 2015, plus de 2000 (deux mille) « groupes en AMAP » représentant quelque 250 000 amapiens? Cela doit représenter, en tout cas, des centaines de blogs ou sites comme le nôtre…

Encore une fois, voici un billet «multirégional». Mais pour une fois, l’un des «groupes en AMAP» mis en avant n’affiche guère de recettes au compteur sur son site internet. Total de recettes du jour? Dites 33! Et je termine par quelques réflexions supplémentaires concernant les centaines d’AMAP qui ne disposent pas d’une présence sur internet (site, blog ou FB propre).

Lire la suite

Bulletin n°6 – Amap où ça ? – dimanche 28 juin 2020


Chers Amapiens, du site du 20e

Le confinement a été levé, mais nous sommes encore au 40 rue de la Réunion. OUF !

Jacques, de l’atelier moto « Génération Scrambler », nous laisse profiter du porche frais et protégé pour faire nos distributions.

Mais, c’est un espace privé, il serait préférable que nous soyons dans un lieu public officiel. J’ai demandé pour l’été à la Préfecture de Paris une autorisation d’occupation de la Place Marc Bloch (juste sur le trottoir d’en face). Nous avons étudié le lieu, nous pourrions poser nos cagettes à droite au fond  de la place, contre la grille du jardin Casque d’or. Ainsi nous ne gênerions ni les promeneurs qui se rendent au jardin, ni les riverains habitant les immeubles qui longent la place. Si il pleut, nous pourrions encore nous abriter sous le porche dont je garde la clé. A suivre…

Lire la suite

« Manifeste pour une agriculture durable » est arrivé dans le circul’livres

Manifeste pour une agriculture durable

Ni la mondialisation, ni la Révolution verte n’a tenu ses promesses. Trop loin des réalités, elles ont, l’une et l’autre, versé dans la rêverie idéologique, et quelquefois l’horreur. Ce petit manifeste souhaite redonner à l’agriculture le rôle central qu’elle a toujours eu dans les civilisations. Il nous explique comment nous avons détruit notre agriculture et propose des solutions pour faire évoluer l’agriculture française et la rendre à la fois durable et qualitative Manifeste, Lydia et Claude Bourguignon, 68 p, 2017

Bonne lecture,

TélérAmap, semaine du 27 juin au 3 juillet 2020

Avec Télérama, en écologie cette semaine, on ne se la raconte encore moins…

Des bêtes et des hommes

    • mardi 30 juin, sur France 2 à 22h50. Les Damnés, des ouvriers, en abattoir. Oubliés, méprisés, stigmatisés, haïs voire perçus comme des monstres, l’opinion publique ne préjuge-t-elle pas de ce que vivent réellement et au quotidien les hommes et femmes qui travaillent dans les abattoirs ? Être ouvrier des abattoirs est rarement un choix,  rien n’y prépare. Peut-on imaginer ce que représente une journée sur une chaine ? Ouvriers toujours en poste et ex-salariés témoignent de leurs parcours, de ce que signifie « tenir » ou « s’habituer », et racontent combien ce lieu est « un monde à part », qui cabosse le corps et l’âme.
      Lire la suite

La Toile des AMAP N°167

PénélopeSaviez-vous que, selon le site internet du MIRAMAP (1), on dénombrait en France, en 2015, plus de 2000 (deux mille) « groupes en AMAP » représentant quelque 250 000 amapiens? Cela doit représenter, en tout cas, des centaines de blogs ou sites comme le nôtre…

Et voici une chronique supplémentaire, pour laquelle je suis allé chercher, dans trois régions différentes, des AMAP dignes d’être mises en avant. L’une d’elles aurait pu l’être il y a déjà plus de 6 mois, mais son site est resté longtemps inaccessible avant d’être remis en état (les aléas d’internet…). Bref, on trouve encore une bonne centaine de recettes sur les trois du jour.

Lire la suite

Panier du mercredi 24 juin 2020

Pour vous aider à préparer vos menus de la semaine nous postons en principe un article présentant la composition du panier tous les mardis, si on a réussi à joindre nos maraîchers, plus souvent dehors qu’entre 4 murs…

Le panier

  • Salades
  • Échalotes
  • Radis
  • Courgettes
  • Aubergine pour rue de la Réunion
  • Concombre pour Philippe auguste
  • Et des Groseilles du jardin de la mère de Sébastien.

PART_15929300811321

« Pourquoi manger local ? » est arrivé dans le circul’livres

Pourquoi manger local ?

Valoriser l’alimentation de proximité et les terroirs.  L’industrialisation de l’agriculture remet en question l’équilibre entre l’homme, la nature et ses traditions. Manger au quotidien des produits locaux contribue à une alimentation saine et à entretenir le lien entre un terroir, une histoire, une tradition, un producteur et un consommateur. Essai, René Longet, 120 p, 2006

Bonne lecture,