TélérAmap, semaine du 23 au 29 mai 2020

Avec Télérama, il y a le nouveau paysage géopolitique que la résistance à la pandémie va nous obliger à redessiner. Et puis, il y a les paysages, tout court :

Histoire de loup

      • samedi 23 mai, sur France 4 à 21h05. L’Odyssée du loup. Dans les années 1990, les loups ont fait leur retour dans les Alpes. Ils sont venus d’Italie. Aujourd’hui, il y en aurait 350 en France. Cette réapparition prouve que la vie sauvage peut revenir par elle-même. Le jeune Slava, a été banni par la meute, et des forêts de Roumanie aux monts Cantabriques du nord de l’Espagne, il a parcouru plus de 3 000 kilomètres avant de s’installer. Le documentaire suit prosaïquement cette quête de territoire et de survie. On reste un peu sur la faim d’une autre dimension.

Lire la suite

TélérAmap, semaine du 16 au 22 mai 2020

Avec Télérama, il y a le virus. Mais pas que :

Ça chauffe

    • mardi 19 mai, sur Ushuaïa TV à 20h40. Thermostat climatique. Sous la pression du réchauffement climatique, la géo-ingénierie, la modification à grande échelle du climat de la terre, n’est plus de la science-fiction. Capter le CO2 présent dans l’atmosphère grâce à des forêts d’arbres artificiels, refléter la lumière du soleil en créant un bouclier dans la mésosphère… Des scientifiques testent de nouvelles technologies qui selon eux seront capables de limiter les effets du réchauffement, voire de refroidir la planète. Ce film-documentaire explore certaines de ces hypothèses envisagées pour remédier au réchauffement de la terre. Il s’interroge sur la place que certaines technologies d’ingénierie climatique pourraient prendre dans notre monde… On parle là du futur très proche de la Terre.

Lire la suite

TélérAmap, semaine du 9 au 15 mai 2020

Avec Télérama, et la fin du confinement, on a la tête à la planète :

« Mais comment ça marche la spéculation ? »

    • lundi 11 mai, sur France 5 à 20h55. Le sucre. Film tiré d’une farce moderne d’une arnaque sur fond de crise. En 1974, sur les ondes d’Europe 1, on annonce une pénurie de sucre. Les Français réagissent immédiatement et se ruent dans les magasins afin de stocker cette denrée. Sur le marché à terme des matières premières, le prix du sucre flambe et attire des investisseurs de tous horizons. Mais les prix ne reflètent pas la réalité et la bulle spéculative finit par éclater (le 3 décembre 1974). Une vraie leçon d’économie cynique, servie par des comédiens outranciers et déjantés, une analyse impitoyable du fonctionnement des marchés à terme, un document et un film culte !

Lire la suite

TélérAmap, semaine du 25 avril au 1er mai 2020

Avec Télérama, on n’ose plus bouger… sauf dans la tête :

Nature sauvage

  • samedi 25 avril sur Arte à 20h50. Nouvelle-Zélande. Embarquement pour un voyage inédit. Située dans l’océan Pacifique, la Nouvelle-Zélande, membre du Commonwealth, est composée de deux îles que sépare le détroit de Cook. C’est par la plus grande, celle du Sud, où arrivèrent les premiers Européens au début du XIXe siècle, que démarre cette immersion. Du parc national de Fiordland aux Marlborough Sounds en passant par la péninsule de l’Otago, la traversée dévoile des chapelets de glaciers et de fjords, des lacs et des forêts abritant de nombreuses espèces animales, comme les kiwis, les oiseaux emblématiques du pays. Les paysages sont majestueux, les images coupent le souffle. La beauté est sauvage, primitive, vierge de toute trace humaine. L’archipel, menacé par endroits par la montée des eaux due au réchauffement climatique a inscrit la neutralité carbone parmi ses cinq grandes priorités.

Lire la suite

TélérAmap, semaine du 18 au 24 avril 2020

Beaucoup de rediffusions et peu d’imaginations pour cette semaine de télévision. C’est la catastrophe qui nous oblige ? De l’une à l’autre, on trouve tout de même de quoi réfléchir à notre environnement…

Mars, c’est pour bientôt ?

  • samedi 18 avril sur Arte à 15h40. Le feu et la glace. Expédition au mont Saint-Helens. Pour étudier le mont Saint Helens, dans l’État américain de Washington, les chercheurs doivent braver avalanches et gaz toxiques : ce stratovolcan de la chaîne des Cascades, déjà entré en éruption en 1980, reste dangereusement actif. Pour mieux prévoir son évolution, il faut explorer ses grottes souterraines, forgées par le feu et la glace, alors que selon les experts, le volcan risque de gronder à nouveau. Les microbiologistes voient dans l’expédition une occasion de déterminer si la vie sur Mars est possible.

Lire la suite

TélérAmap, semaine du 14 au 20 mars 2020

Avec Télérama, pour un moment, en écologie, on regarde et on écoute…

Pour belles insomnies

  • samedi 14 mars sur Arte à 1h30. Court-circuit. Spécial « Tous au vert ». L’émission est « tendances » et explore le cinéma court. Cette nuit, les films ont un rapport avec l’écologie. Les déchets, Noël sans la neige, etc.

 

 

 

Ma planète

  • jeudi 19 mars sur France 5 à 21h05. Les forces de la terre. Chaque jour, la terre change, bouge, s’allège, grossit. Ces transformations sont invisibles à l’œil nu et insoupçonnables mais
    300 000  tremblements sont enregistrés quotidiennement. En à peine deux heures, l’activité sismique libère autant d’énergie qu’une explosion de 54 000 tonnes de TNT. La zone la plus active longe les côtes du Pacifique et a été baptisée la Ceinture de feu.
    4 000 fois Hiroshima. C’est l’équivalent de la puissance générée, en trois heures à peine, par l’énergie nucléaire située sous nos pieds, au centre de la terre. Comme si une bombe atomique explosait, toutes les trois secondes, sous la croûte terrestre.
    1 mètre.
    C’est la distance que fait parcourir le vent, chaque jour, aux dunes du Sahara, réputées les plus mouvantes.
    1 200 m² de nouvelles surfaces terrestres sont créées toutes les quatre heures par l’écartement continuel des différentes plaques tectoniques du globe. Soit, environ, la superficie de six courts de tennis !
    Passionnant.

Bonne semaine de TV et d’ailleurs,

Anne

 

 

TélérAmap, semaine du 22 au 28 février 2020

Avec Télérama, à chercher les émissions en rapport avec l’écologie, on trouve  ! Et pas n’importe quoi.

Poivre et Cie

  • dimanche 23 février sur France 5 à 20h50. Poivre, les secrets de la perle noire. C’est la plus ancienne épice du monde. Et autrefois, le poivre valait aussi cher que l’or. Les Français en consomment près de 100 grammes par an en grains ou en poudre, c’est un record en Europe ! Rouge, vert, blanc, gris ou noir, pour tous les goûts… et à tous les prix. Le kilo de poivre se vend en France entre 10 à 300 euros pour les «grands crus» : le fameux Malabar du Kerala, le Penja du Cameroun. Mais le marché est surtout inondé de «low-cost», et c’est celui qui termine le plus souvent moulu vendu en supermarché. En effet, pour satisfaire la demande mondiale, en constante augmentation, il faut produire… toujours plus

Être agriculteur aujourd’hui

  • dimanche 23 février sur M6 à 21h05. Capital. L’émission est en 3 volets. « Petits revenus ou grosses fortunes : combien gagnent nos agriculteurs ? ». Le scandale du monde paysan : les agriculteurs travaillent tous les jours pour un tout petit salaire. 20% des 450 000 agriculteurs se situent en dessous du seuil de pauvreté. La Loi Egalim avait pour ambition d’assurer une meilleure rémunération aux producteurs via la grande distribution mais pour 91% d’entre eux rien n’a changé. Certaines exploitations agricoles s’avèrent très rentables comme celles qui pratiquent la monoculture. Nouvelles activités : transformation de matières premières sur la ferme, devenir relais colis, lancement de divertissements à la ferme… Les fermes à vendre : de nombreux agriculteurs vont partir à la retraite et ne seront pas remplacés. Le métier ne fait pas que rêver : conditions de travail compliquées, petit salaire de 1200 euros, peu de congés et prix des terres élevé.

jardinier de la nature

  • jeudi 27 février, sur France 5 à 20h50. Terres nourricières. Pour nourrir le monde, les agriculteurs ont conçu des techniques ingénieuses et façonné le paysage. Le désert devient fertile, la montagne escarpée est cultivable, les récoltes abondent jusqu’à l’opulence. Ce documentaire offre un voyage dans  le monde à la découverte des rizières en terrasses de Hungduan, de trésors comme les pommes de terre sauvages du Pérou ou les projets du futur en Ecosse. et croise les explications scientifiques d’ingénieurs et d’enseignants avec les témoignages d’agriculteurs.

Monsanto quand tu nous tenais !

  • jeudi 27 février, sur France 3 à 23h. La vie est dans le pré. Paul François, agriculteur en Charentes, est un « grand céréalier », il exploite 250 hectares de terre. En 2004, il a été intoxiqué par du Lasso, un herbicide de Monsanto. Il en garde de graves séquelles. Après dix années de doutes et d’hésitations, Paul a décidé de surmonter ses peurs et de convertir toutes ses terres en agriculture biologique. Le réalisateur a suivi cette mutation passionnante pendant une année, de sa dernière moisson « chimique » à sa première moisson sans pesticide.
    Le cas de Paul est emblématique de celui des agriculteurs de sa génération. Passer en bio demande de tout remettre en cause. Il doit commencer par réapprendre l’agronomie, observer ses terres, adapter les outils dont il dispose et inventer sa propre méthode. Un savoir qu’il avait oublié comme tous ceux qui ont été formés à l’agriculture intensive. Paul prend des risques importants mais l’enjeu est essentiel. S’il parvient à cultiver 240 hectares en bio, il aura prouvé que l’agriculture chimique n’est pas une fatalité et qu’il est potentiellement possible de nourrir la planète sainement. Parallèlement, Paul mène un autre combat de taille. Depuis douze ans, il se bat en justice contre Monsanto pour faire reconnaître la responsabilité de la firme dans ses graves problèmes de santé. Il a gagné en première instance et en appel, mais Monsanto contre-attaque en permanence.

C’est un film

  • jeudi 27 février, sur Ushuaïa TV à 20h40. Quand les agneaux deviennent lions. Au Kenya, un  revendeur d’ivoire se bat pour rester dans la course tandis que son cousin, mobilisé dans les forces anti-braconnage, vise à détruire son commerce. Le trafic de l’ivoire est un des plus sales d’Afrique. La chute dramatique du nombre d’éléphants blancs a mis le Kenya dans le viseur du monde entier, et les autorités se sont donné pour mission de mater les braconniers et d’ainsi redorer l’image du pays. C’est à un affrontement économique et idéologique que l’on assiste. Deux petites histoires se rejoignent et font la grande. Quand les deux cousins se débattent pour assurer leur propre survie, c’est celle d’une dizaine d’éléphants qui est en jeu. Dans la beauté de cette jungle kenyane, les hommes comme la nature ont tout à perdre. Le réalisateur prend ici le risque de nous présenter des hommes qui ne voient dans le braconnage qu’un moyen de se sortir de la misère. Et il pose une question pas si folle : la vie d’un éléphant vaut-elle plus que celles d’un humain et de sa famille ?

Bonne semaine de TV et d’ailleurs,

Anne