DEDANS/DEHORS : Un projet d’habitat participatif recrute

ESQUISSE-LOGOUn projet d’habitat participatif va voir le jour au 20 rue Gasnier-Guy à Paris 20e. Ce projet a été initié par la ville de Paris en 2014 et est aujourd’hui porté par une coopérative d’habitants de 3 foyers.

Ce projet d’habitat alternatif permet à des familles aux revenus moyens d’acquérir des parts dans une coopérative permettant d’habiter un logement moins cher. Ce n’est ni de la propriété privée, ni de la location. Le projet se veut également anti-spéculatif.

Le projet dedans-dehors a été conçu à partir du terrain sur lequel il s’implante qui dispose d’une parcelle classée Espace vert protégé de 170 m². Un des objectifs du projet est d’offrir des espaces au Rez-de-Chaussée largement ouverts et appropriables par les associations du quartier et de laisser le jardin accessible depuis le dehors. Le projet offre ainsi une grande variété d’espaces extéri­eurs appropriables, public ou semi-collectif.

Par la conception du bâtiment, nous cherchons une harmonie entre le DEHORS et le DEDANS, entre le jardin et l’immeuble d’habitation. Le projet architectural dépasse une opposition classique bâti / verdure, pour proposer une intégration originale des logements dans son environnement.”

Le permis de construire a été déposé il y a un mois et est en court. Et d’ici à deux ans l’immeuble devrait voir le jour. Aujourd’hui, la coopérative cherche deux familles pour compléter le groupement pour que le projet puisse se concrétiser. Pour rentrer dans le projet, il faut être en dessous des revenus de PLS.

Contactez-les si cela vous intéresse ! dedansdehors75@gmail.com

Plein d’info dans les internets :

http://www.leparisien.fr/paris-75/ils-inventent-les-immeuble-made-in-parisiens-29-03-2016-5670457.php

https://dedansdehors.wixsite.com/dedans-dehors?fbclid=IwAR3I3WdlHGnyhGf9XgCtvXwhEi1OWaQ02kELEeuPxpY1BKNmeyTO9d9OGgU

https://www.facebook.com/DeddansDehors/

Les Heures Joyeuses avec Quentin Martel, amapien

Dimanche 11 février à 17 heures

58, rue de la Réunion – 01 43 67 51 15

Soyez des nôtres pour déguster les mots doux, les mots fous. S’ils piquent notre petit cœur, s’ils nous écorchent un peu ce n’est que pour maintenir nos sens en éveil pour toujours plus de gaieté, pour swinguer, dodeliner, se lever et pourquoi pas danser !
Pour agrémenter l’après-midi, lecture de textes choisis par les uns et les autres…

*

Sur nos murs des photos de Florence Sztergbaum

Un joli regard sur les gens, les lieux, ici ou là…

*

Nous avons un amapien très discret et très talentueux : Quentin Martel.
Il est connu des enfants de l’école Vitruve car il y enseigne la musique depuis de nombreuses années.
Quentin est auteur, compositeur et interprète de chansons très poétiques, drôles, parfois absurdes.
Il a un univers délicat, sa voix est posée et douce. Bref, je suis fan !
Il chante entre autres lectures à la Vierge de la Réunion dimanche 11 février, des chansons de son tout récent CD « Isadora ».
Sophie A.

 

Un spectacle VER…

Chers amapiens, je me permets de vous écrire sur notre blog pour vous encourager à découvrir mon nouveau spectacle sur les vers de terre !

Ce spectacle, « Dieu, Darwin, Marcel et moi », est ma part colibri.

La thématique nous touche tous et particulièrement nous autres amapiens, soucieux de méthodes agricoles respectueuses de l’avenir des sols ! Le ver de terre est un acteur majeur de la santé du sol, il est aussi l’animal qui fait la terre. Sans lui, plus de végétation, plus de légumes ni de fruits ! Il représente 70% de la biomasse animale (humains compris), vous le saviez ?!

Le désir de faire ce spectacle est venu de mes observations de mes propres vers de terre, élevés sur mon balcon, et de ma rencontre avec Marcel Bouché (chercheur à l’INRA) et auteur du livre « des Vers de terre et des Hommes » (Actes Sud 2014).

J’ai tâché de faire un spectacle drôle, instructif mais très distrayant. Les premières représentations sont passées… venez, c’est au point !

Toutes les informations sont là : comédie Nation

A lundi ? Je ne joue que le lundi à 20h, au 77 rue de Montreuil (Paris 11°).

Sophie

 

 

Finansol

Pour conclure cette série sur les Finances solidaires, nous parlerons aujourd’hui de Finansol. Cette fois-ci, la thématique sera plus générale et souvent sans rapport avec le bio ou l’agriculture.

Connaissez-vous (déjà) Finansol ?

Un peu d’histoire : en 1995, un certain nombre d’acteurs financeurs solidaires (organismes collectant de l’épargne pour l’affecter au financement des causes qu’ils soutiennent) ont fondé le collectif Finansol, mis en place pour représenter et promouvoir (auprès des pouvoirs publics comme auprès du « grand public ») les Finances solidaires. En 1997, le label Finansol a été créé pour, lui, distinguer les produits d’épargne solidaire des autres produits d’épargne auprès du grand public. Depuis, Finansol a aussi mis en place un baromètre de la finance solidaire (2003) puis un Grand Prix de la finance solidaire (2010). Lire la suite

Le financement participatif

Les sites de financement participatif (« crowfunding ») spécialisés dans le bio ou l’agriculture


Du crowfunding ? Oui, mais du bio !

Un cigalier par ailleurs amapien m’a suggéré de rajouter un article sur les plateformes de crowfunding qui peuvent permettre de financer des projets dans le bio (merci à lui !).

Pour ma part, je préfère parler de « financement participatif » (restons francophones !).

Pour ceux qui ne le sauraient pas, le financement participatif, arrivé en France il y a moins d’une dizaine d’années, consiste en la possibilité offerte par des plateformes internet dédiées d’une intermédiation permettant à des financeurs d’affecter des fonds à un projet. On distingue différentes catégories de financement, notamment, pour ce qui nous intéresse ici : le don simple ou le don avec contrepartie, le prêt aux entreprises (quel que soit le statut de celles-ci), le financement participatif en capital (pour les sociétés), le financement en royalties (?), la production communautaire… les projets peuvent être situés en France ou à l’étranger selon les plateformes. Lire la suite

La Nef

Avertissement (je reprends mot pour mot une communication de La Nef) : les termes banque éthique ou banque dans cet article sont à comprendre comme un concept définissant une manière de faire de la banque, et non comme une définition actuelle de l’établissement. La Nef est un établissement de crédit spécialisé habilité à recevoir des fonds du public.

Pour ma part, j’ai connu la Nef par les Cigales, à une époque où cette « coopérative financière anonyme à capital variable » n’était pas encore une banque de plein exercice comme elle tend à le devenir aujourd’hui, mais seulement une « société financière » qui collectait auprès du public des fonds afin de faire des prêts affectés à la création et au développement d’entreprise. Plusieurs entreprises financées par les Cigales ou Garrigue ont également bénéficié d’un prêt de la Nef, comme la coopérative Andines, pionnière du commerce équitable, créée en 1987 (http://www.andines.com). Lire la suite