« Guide du shopping solidaire » est arrivé dans le Circul’livres

Guide du shopping solidaire à Paris

200 adresses pour consommer utilement et voir le Paris du développement durable, de l’insertion et du commerce équitable. Histoire, culture, littérature, cinéma, peinture mais également plaisirs de la table sont au sommaire. Des adresses d’hébergements qui n’oublient ni les campings ni les auberges de jeunesse, les restaurants et les cafés. Seule réserve, sa date de publication un peu ancienne. A actualiser de toute urgence, en en conservant l’inspiration ! Guide, Hélène Binet, Emmanuelle Vibert, 160 p, 2005

Bonne lecture,

« Non à la déforestation » est arrivé dans le Circul’livres

Chico Mendes NON à la déforestation

Chico n’a que neuf ans quand son père l’emmène pour la première fois récolter le latex au cœur de la forêt amazonienne. Chico est « seringueiro », comme son père. Le petit garçon rêve plus que tout d’apprendre à lire et à écrire, pour ne plus dépendre totalement du patron. Sa rencontre avec Euclide, un ancien militaire, va changer sa vie. Au fil des pages, le lecteur suit le parcours du jeune homme, devenu leader du syndicat des seringueiros, et son combat poignant pour la forêt, contre ces hommes qui veulent abattre les arbres de plus en plus vite afin de développer une agriculture intensive. En 1987, Chico est soutenu par des hommes du monde entier, convaincus comme lui qu’il faut préserver cette fantastique réserve animale et végétale, car défendre les arbres, c’est défendre les hommes et refuser les injustices ; mais dans son pays tout le monde ne voit pas ses actions d’un très bon œil… Roman jeunesse (dès 12 ans), Isabelle Collombat, 80 p, 2017

Bonne lecture,

« La revue dessinée n°28 » est arrivé dans le Circul’livres

La revue dessinée n°28

La plupart des sujets fait une large part à l’environnement. L’actualité y est traitée par le texte autant que par le dessin, avec du recul, donc ; le temps qu’il faut pour sortir du brûlant et donner de l’information. Entr’autres sujets, La fin d’un monde : collapsologues et survivalistes se préparent à affronter la fin de notre civilisation. L’effet domino : les sols gelés de l’Arctique fondent comme neige au soleil et nous regardons ailleurs. La ruée vers l’or vert : voyage dans le Far West des plantations illégales. Revue, Collectif, 228 p, été 2020

Bonne lecture,

TélérAmap, semaine du 25 au 31 juillet 2020

Avec Télérama, en écologie cette semaine, on contiue de se la raconter…

Histoire

    • mardi 28 juillet, sur Arte à 22h30. Notre ami l’atome : un siècle de radioactivité. Depuis la découverte du radium et de son rayonnement à l’aube du XXe siècle par Pierre et Marie Curie et Henri Becquerel, les risques liés à l’atome ont été systématiquement minimisés et les contaminations qu’il a générées, occultées. Aujourd’hui, les victimes de Fukushima sont engagées dans des procès contre Tepco, la compagnie qui exploitait la centrale. Parmi les plaignants figurent aussi des soldats américains du porte-avions «Ronald-Reagan», exposés au nuage radioactif en 2011 en portant secours aux victimes du tsunami. Secret militaire ou industriel, désinformation, dissimulation… L’histoire de l’atome est dominée par la manipulation, favorisée par l’invisibilité de la radioactivité.

Lire la suite

Panier du mercredi 22 juillet 2020

Pour vous aider à préparer vos menus de la semaine nous postons en principe un article présentant la composition du panier tous les mardis, si on a réussi à joindre nos maraîchers, plus souvent dehors qu’entre 4 murs…

En avant les salades et autres délices d’été ! Les paniers sont bien remplis mais à la ferme, on manque d’eau.

Tomates, façon cocktail ou gaspacho

Le panier

  • Salade
  • Tomates
  • Oignons
  • Courgettes
  • Concombre
  • Pommes de terre Linzer

 

  • Dans le grand panier, navets et haricots

 

TélérAmap, semaine du 18 au 24 juillet 2020

Avec Télérama, cette semaine, il n’y  aurait qu’une chose à voir,  ce serait :

    • mardi 21 juillet, sur Canal + à 20h50. Au nom de la terre. Pierre a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l’exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début… Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et ses enfants, il sombre peu à peu… Construit comme une saga familiale, et d’après la propre histoire du réalisateur, le film porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années.

 

 

Bonne semaine de TV et d’ailleurs,

 

Anne

« L’invention de la nature » est arrivé dans le Circul’livres

L’invention de la nature

Mais comment a-t-on pu oublier Alexander von Humboldt (1769 – 1859)? C’est à lui, naturaliste, géographe et explorateur, que nous devons notre représentation moderne de la nature comme un tout dont l’homme peut altérer l’équilibre. Ainsi, il tentera toute sa vie de reconstituer rien moins que « les rapports qui enchaînent tous les phénomènes et toutes les forces de la nature. » Sa tâche semble alors infinie. Car avant « d’inventer » la nature, Humboldt l’a d’abord habitée, observée, mesurée. Il l’arpente à cheval, en bateau, à pied, avec d’énormes sacs d’échantillons et d’instruments. Il gravit des volcans pieds nus, descend des rapides, va où nul n’est encore allé. À 60 ans encore, il traverse la Russie ravagée par la peste, prend le thé avec des commandants chinois en Mongolie, note l’impact de l’agriculture intensive sur la steppe. L’auteur, historienne et romancière, nous emporte dans cette aventure biographique et scientifique. Dès les premières pages, on plonge dans l’Europe de la fin des Lumières, et l’on suit avec passion la métamorphose de la nature sous le regard de celui qui sera le plus grand inspirateur de la pensée de Darwin. Roman, Andrea Wulf, 624 p, 2017.

Bonne lecture,

Panier du 15 juillet 2020

Pour vous aider à préparer vos menus de la semaine nous postons en principe un article présentant la composition du panier tous les mardis, si on a réussi à joindre nos maraîchers, plus souvent dehors qu’entre 4 murs…

C’est la sécheresse à la ferme. Les haricots et les choux manquent d’eau. Les salades souffrent moins et les carottes dans la plaine seront arrosées. Bonne nouvelle, Sébastien vient d’investir dans l’achat d’une bineuse qui passe un peu partout, rangs de céleris, rangs de betteraves… Le désherbage mécanique est dans l’air du temps.

Le panier

  • Salades
  • Tomates
  • Poivrons
  • Courgettes
  • Concombre
  • Aubergines
  • Bettes
  • Dans le grand panier, assortiment de tomates variées et des surprises

 

« Dans un pays de Cocagne » est arrivé dans le Circul’livres

Dans un pays de Cocagne

« Il y a en réalité beaucoup plus que des légumes qui s’échangent . » D’abord éducateur dans un centre d’hébergement à Besançon, il fonde le premier Jardin de Cocagne. L’idée est simple : donner du travail à des personnes en difficulté, en développant une agriculture de proximité et en distribuant des légumes bio à des adhérents consommateurs. Le premier Jardin fait des petits et en 1999 naît officiellement le Réseau Cocagne. Entretien, Jean-Guy Henckel, 160 p, 2009.

Bonne lecture,

TélérAmap, semaine du 11 au 17 juillet 2020

Avec Télérama, l’écologie est bien jetée cette semaine…

N’en jetez plus

    • mardi 14 juillet, sur Arte à 20h50. Plastic partout ! Histoires de déchets. Sur sa planche de surf fabriquée avec de vieilles bouteilles en plastique, un militant pour un système de consigne qui permettrait collecte et recyclage des bouteilles usagées a suivi sur 1 200 kilomètres le cours du Rhin. Un autre arpente la campagne pour géolocaliser avec son téléphone les innombrables déchets qui s’y trouvent. En Haïti, une start-up sociale et solidaire créée par des Canadiens rachète les déchets plastiques rapportés par les habitants. Les scientifiques sont eux aussi à pied d’œuvre. Dans leurs laboratoires, ils traquent les effluves dégagés par les jouets mais étudient aussi la redoutable prolifération dans les océans des microparticules laissées par les plastiques dégradés, leurs conséquences sur la faune marine et dans nos assiettes. L’enquête dresse un état des lieux  alarmant sur les dangers que leur abandon sauvage fait peser sur l’environnement et les risques sanitaires encourus par les populations les plus pauvres lors de leur recyclage souvent sommaire. Lire la suite