TélérAmap, semaine du 12 au 18 juin 2021

Avec Télérama, ne lâchez pas trop vite la télévision avec le déconfinement. Il y a encore des choses à voir :

Il est question de ventre

  • samedi 12 juin sur Arte à 22h40, Microbiote, les fabuleux pouvoirs du ventre. Ces bactéries, phages et champignons essentiels à notre équilibre nous sont transmis à la naissance et constituent notre microbiote, ou flore intestinale. Longtemps méconnu, ce microbiote dévoile peu à peu ses secrets et mobilise des milliers de chercheurs dans le monde. Il laisse espérer une révolution scientifique. Non seulement les microbes qui le composent s’avèrent indispensables à notre bien-être, mais ils ouvrent un nouveau champ thérapeutique : le transfert d’excréments humains se révèle ainsi efficace dans le traitement de certaines pathologies intestinales.
    A 23h40, Le ventre, notre deuxième cerveau. Il y a quelques années, les scientifiques ont découvert en nous l’existence d’un deuxième cerveau. Notre ventre contient deux cents millions de neurones qui veillent à notre digestion et échangent des informations avec notre « tête ». Les chercheurs commencent à peine à décrypter cette conversation secrète. Ils se sont aperçus par exemple que notre cerveau entérique, celui du ventre, produisait 95 % de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions. On savait que ce que l’on ressentait pouvait agir sur notre système digestif. On découvre que l’inverse est vrai aussi : notre deuxième cerveau joue avec nos émotions. Plus étonnant encore, notre deuxième cerveau abrite une colonie spectaculaire de cent mille milliards de bactéries dont l’activité influence notre personnalité et nos choix, nous rend timides ou, au contraire, téméraires. Des États-Unis à la Chine en passant par la France, ce documentaire, nourri d’interviews et d’infographies éclairantes, passe en revue les recherches les plus récentes menées sur notre deuxième et intrigant cerveau.
Lire la suite

Remises à flots 2021 : les commandes sont ouvertes

img_0257

Bonjour à tous,

L’opération annuelle Remises à Flots 2021 est lancée ! nous accompagnerons encore cette année l’équipe, jeune et dynamique, de la péniche LES CANALIENS.

Pour ceux qui entendent parler pour la première fois de cette opération, voici en rappel :

Une fois par an depuis 1996, la péniche Les Canaliens (autrefois San Antonius) part de Béziers et remonte les canaux de l’Est de la France vers Paris, se chargeant au fil de l’eau de vins, miels, huiles, fromages, jus, salaisons, riz, conserves mais aussi de produits cosmétiques et d’entretiens. Ces produits sont sélectionnés par l’équipage pour leurs qualités et sont en grande partie bio. C’est ainsi que plusieurs dizaines de tonnes de produits sont transportées sur les réseaux fluviaux, aujourd’hui mis à mal par le développement du tout routier. Car non seulement cette opération permet de rapprocher les consom’acteurs des produits des artisans et paysans non industrialisés, mais elle permet aussi de faire perdurer la batellerie artisanale le long des canaux que les pouvoirs publics ont longtemps cherché à faire disparaître à l’avantage de l’hypertrophie du secteur routier qui asphyxie toujours plus les zones rurales et agglomérations périurbaines.

L’AMAP Réunion Père Lachaise propose une fois par an à ses adhérents, mais aussi à ses amis, voisins et collègues, de regrouper les commandes afin de partager les conditionnements de gros et réduire au maximum les frais de distribution.

Lire la suite

« Algues vertes » est arrivé dans le Circul’livres

Algues vertes

L’histoire interdite. Pas moins de trois hommes et quarante animaux ont été retrouvés morts sur les plages bretonnes. L’identité du tueur est un secret de polichinelle : les algues vertes. Un demi-siècle de fabrique du silence raconté dans une enquête fleuve.Des échantillons qui disparaissent dans les laboratoires, des corps enterrés avant d’être autopsiés, des jeux d’influence, des pressions et un silence de plomb. L’intrigue a pour décor le littoral breton et elle se joue depuis des dizaines d’années. L’enquête sans précédent, fait intervenir lanceurs d’alerte, scientifiques, agriculteurs et politiques. Elle est menée tambour battant avec ironie et humour. Bande dessinée, Inès Léraud et Pierre Van Hove. 160 p., 2019.

Bonne lecture,

TélérAmap, semaine du 29 mai au 4 juin 2021

Dans Télérama, l’écologie, cette semaine se passe en cinéma !

Le goût du cinéma

  • dimanche 30 mai sur Ciné+Emotion à 19h50, Cinémiam. La cuisine et le cinéma font plutôt bon ménage. Dans ce documentaire, de grands chefs étoilés dialoguent avec des réalisateurs autour de films qui les ont marqués : L’aile ou la cuisse, Le grand restaurant, Le festin de Babette, La grande bouffe… De quoi mettre à jour son corpus de films « gourmands ».

Lire la suite

« Manger » est arrivé dans le Circul’livres

Manger


Plaidoyer pour une sécurité sociale de l’alimentation. La crise du coronavirus et les mesures de confinement ont mis en évidence les fragilités d’un système qui ne garantit pas la nourriture à tous, encore moins la nourriture de qualité. La désorganisation des grandes institutions a livré les plus précaires à eux mêmes. Elle réactive du même coup une exigence qui monte en puissance depuis plusieurs mois : à savoir celle d’une sécurité sociale de l’alimentation, comme il existe une sécurité sociale de la santé. Sa mise en œuvre impose de remettre à plat tout un système aujourd’hui piloté par l’agro-industrie et qui a fait de la pauvreté un de ses rouages autant qu’un de ses débouchés, et de la privatisation des ressources une de ses raisons d’être. Elle implique aussi de réinterroger notre fonctionnement démocratique qui continue d’écarter les femmes de prises de décisions dont elles sont, au quotidien, les premières à assumer les conséquences. Plaidoyer, Entretien de Dominique Paturel, réalisé par Marie-Noelle Bertrand, 128 p., 2020.

Bonne lecture,

TélérAmap, semaine du 22 au 28 mai 2021

Dans Télérama, il n’y a qu’une seule chose à faire : se laisser prendre par Chernobyl !

Phénoménal

  • jeudi 27 mai sur M6 à 21h05, Chernobyl. La mini série dramatique, en cinq épisodes de une heure chacun a connu un succès international. Elle a été primée plusieurs fois meilleure série en 2019 et 2020. Elle tente de retranscrire le plus fidèlement possible la catastrophe nucléaire de 1986 et ce qui s’est passé juste après : les efforts de nettoyage, les enjeux politiques majeurs. La volonté de minimiser la portée de la catastrophe a laissé une large place au déni, tant des responsables d’un système communiste sur le déclin que d’une large partie du monde occidental. Ce soir, les deux premiers épisodes sont suivis du documentaire La Bataille de Chernobyl, qui retrace l’histoire du drame nucléaire à l’aide de témoignages, comme celui de Mikhaïl Gorbatchev, et des images d’archives.

« Nobles paysans » est arrivé dans le Circul’livres

Nobles paysans

Dans cette œuvre autobiographique, l’auteur, célèbre mangaka, dévoile des anecdotes pleines d’humour sur sa vie chez ses parents, exploitants agricoles. Elle élève des vaches, cultive des légumes, craint les ours et mène une guerre sans fin contre l’écureuil d’Hokkaido, un voleur de récolte très habile. Bref, elle raconte sa vie à la ferme par tous les bouts et c’est irrésistible ! Manga, Hiromu Arakawa, 128 p., 2013.

Bonne lecture,

« Paix et Climat » est arrivé dans le Circul’livres

Paix et Climat

Le Mouvement de la Paix agit pour le désarmement, en particulier nucléaire, mais aussi contre la production et les transferts d’armements et pour la réduction des budgets militaires. L’objectif de ce livret est de faire le point sur l’ensemble des initiatives de ces quarante dernières années se référant au dérèglement climatique et de dénoncer les pollutions liées aux activités militaires. Indispensable. Guide, Collectif, 64 p., 2020.

Bonne lecture,

« L’homme qui plantait des arbres » est arrivé dans le Circul’livres

L’homme qui plantait des arbres

Au cours d’une de ses promenades en Haute-Provence, le narrateur a un jour rencontré un personnage extraordinaire, Elzéard Bouffier, un berger solitaire et paisible qui plante des arbres, des milliers d’arbres.
Écrite à la suite d’un concours du magazine américain Reader’s Digest, la nouvelle a eu un retentissement mondial. Elle est aujourd’hui considérée comme un manifeste à part entière de la cause écologiste. En effet, le berger ne parvient pas seulement à créer une forêt : celle-ci a des conséquences sociales et économiques, qui permettent aux villages des alentours d’accueillir de nouvelles familles alors qu’ils étaient menacés de désertification. Avant même l’invention de la notion de développement durable, la nouvelle en donne ainsi une illustration poétique. Nouvelle, Jean Giono, 32 p., 1953.

Bonne lecture,