Des mouches dans le chou !

Les aleurodes
Brigitte, en lavant le chou Milan du panier de mercredi dernier a constaté qu’il était attaqué par des mouches blanches — les aleurodes. Ces insectes minuscules se développent en fin d’été ou en automne quand il est doux et plus spécialement dans les serres…  Ces insectes, piqueurs-suceurs, affaiblissent la plante en prélevant leur sève. Ils n’aiment ni le froid ni l’humidité. Et nos maraîchers font très attention à n’abuser ni des traitements ni de l’arrosage. En cuisine,  on vient à bout du problème en lavant la plante à l’eau vinaigrée.

 

 

TélérAmap, semaine du 1er au 7 décembre 2018

Avec Télérama, Ah ! l’écologie… On ne sait plus quoi penser

Aux pôle, ça chauffe !

mardi 4 décembre, Arte à 21h50. Arctique. Le jour d’après. Et si le réchauffement climatique et le recul de la calotte glaciaire n’entraînait pas que des catastrophes… Le reportage, prudent, et sur le fond assez original, tient le pari que la vie des Inuits deviendrait moins rude. Aujourd’hui, l’économie de ce peuple repose exclusivement sur la pêche. Elle pourrait se diversifier avec le développement du tourisme et l’exploitation de minerais. Les Inuits pourraient s’affranchir de grandes servitudes et gagner de l’indépendance. L’autre piste explorée dans ce documentaire, l’ouverture d’une nouvelle route de la soie entre la Chine et l’Europe.

 

Bonne semaine de TV et d’ailleurs,

 

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Nous voulons des coquelicots

Ne tuons pas la beauté du monde. Ce livre est le manifeste qui accompagne l’action au long cours lancée le 12 septembre 2018 contre les pesticides !  Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans, la moitié des papillons en vingt ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards. Les grenouilles et les sauterelles sont comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Cet appel pendant plusieurs mois a comme objectif de rassembler cinq millions de signatures en deux ans. Manifeste, F. Nicolino et F. Veillerette, 120 p. 2018 https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

 

TélérAmap, semaine du 24 au 30 novembre 2018

Avec Télérama, que de soucis cette écologie…

Bestioles

samedi 24 novembre, Arte à 22h30. La disparition des insectes. Une catastrophe silencieuse. Ces trente dernières années, les trois-quart des insectes ont disparu. C’est l’espèce la plus diversifiée de la planète, le premier maillon de la chaîne alimentaire indispensable au grand cycle de la vie sur la terre. Le documentaire ramasse bon nombre des soucis et des recherches scientifiques sur cette catastrophe connue et annoncée dès les années soixante — pesticides, monocultures intensives, pollution lumineuse — et nous demande de changer notre regard sur ces bêtes ni nuisibles ni négligeables.

 

Bonne semaine de TV et d’ailleurs,

 

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Mille mercis à la libraire de La Friche de m’avoir aidé à retrouver cette belle lettre pour la paix. Jean Giono en pacifiste convaincu sait que depuis l’Anschluss les Français se préparent à faire la guerre. En parlant aux paysans, Giono sait qu’il parle de choses humaines valables pour tous. Albert Camus donnait sa lecture : « Je ne sais pas si cette Révolution individuelle et non violente dont parle Giono est possible. Mais je sais qu’aucune n’est possible si elle n’a commencé dans le cœur et l’esprit de ceux qui comptent la faire. L’échec de tant de révolutions tient peut-être à cette idée. Cela suffit pour comprendre et aimer le message singulier de Giono. Il est quelque chose de plus qu’une actualité sans avenir. » Jean Giono, 120 p. 1938.

Bonne lecture,

 

TélérAmap, semaine du 17 au 23 novembre 2018

Avec Télérama, l’écologie c’est quand ça veut ! Encore et toujours, le réchauffement climatique…

Climat

mardi 20 novembre, Arte à 22h45. Les damnés du climat. Des populations toujours plus nombreuses sont contraintes de se déplacer sous l’effet du réchauffement climatique. Qui sont  ces réfugiés ? Le documentaire est plutôt conventionnel mais permet de prendre la mesure humaine de la catastrophe et certaines pistes de réflexion surprennent.

 

Bonne semaine de TV et d’ailleurs,

 

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Au gré de ses voyages, l’auteure a été employée dans une conserverie de poissons en Islande et sur les chantiers navals aux U.S.A., ouvrière agricole au Canada, pêcheuse pendant dix ans en Alaska. De retour en France, elle est tour à tour saisonnière, bergère et ouvrière viticole, en Provence et dans les Alpes de Haute-Provence. Dans ce roman,  les hommes et les femmes qu’elle observe au plus près des corps, des gestes et des sensations sont des saisonniers  qui vont et viennent, de la vigne aux champs de lavande, des tilleuls aux oliviers, jusqu’à épuisement. La violence, l’alcool s’en mêlent. Roman, Catherine Poulain, 254 p. 2018.

Bonne lecture,