Panier du mercredi 30 Octobre 2019

Pour vous aider à préparer vos menus de la semaine nous postons en principe un article présentant la composition du panier tous les mardis, si on a réussi à joindre nos maraîchers, plus souvent dehors qu’entre 4 murs…

Il commence à geler chez nos maraichers, autour de -2° la nuit dernière. Heureusement ils ont fini de tout rentrer pour l’hiver, ainsi les légumes d’hiver comme les choux, radis noir et autres navets sont à l’abri.

La saison du repiquage de la mâche et des salades commence sous les serres et va durer un certain moment.

LA COMPOSITION DU PANIER

  • Pomme de terre
  • Poireaux
  • Échalotes
  • Ail
  • Brocolis
  • Pain de sucre
  • Tomates

 

 

 

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Aménager les paysages de l’après-pétrole

 

 

Bonne lecture,

La Toile des AMAP n°132

PénélopeSaviez-vous que, selon le site internet du MIRAMAP (1), on dénombrait en France, en 2015, plus de 2000 (deux mille) « groupes en AMAP » représentant quelque 250 000 amapiens? Cela doit représenter, en tout cas, des centaines de blogs ou sites comme le nôtre…

Comme je n’ai pas encore fini de vous présenter mes trouvailles sur les régions Nouvelle-Aquitaine et Grand Est, il est bien temps … d’entamer une troisième (et dernière ?) région ! Voici donc trois AMAP dénichées dans trois départements différents de la région Centre-Val-de-Loire. J’aime bien leurs noms, plutôt singuliers de par leurs origines. Et du coup, j’ai commencé à vous distiller quelques autres noms ayant retenu mon attention!

Lire la suite

DEDANS/DEHORS : Un projet d’habitat participatif recrute

ESQUISSE-LOGOUn projet d’habitat participatif va voir le jour au 20 rue Gasnier-Guy à Paris 20e. Ce projet a été initié par la ville de Paris en 2014 et est aujourd’hui porté par une coopérative d’habitants de 3 foyers.

Ce projet d’habitat alternatif permet à des familles aux revenus moyens d’acquérir des parts dans une coopérative permettant d’habiter un logement moins cher. Ce n’est ni de la propriété privée, ni de la location. Le projet se veut également anti-spéculatif.

Le projet dedans-dehors a été conçu à partir du terrain sur lequel il s’implante qui dispose d’une parcelle classée Espace vert protégé de 170 m². Un des objectifs du projet est d’offrir des espaces au Rez-de-Chaussée largement ouverts et appropriables par les associations du quartier et de laisser le jardin accessible depuis le dehors. Le projet offre ainsi une grande variété d’espaces extéri­eurs appropriables, public ou semi-collectif.

Par la conception du bâtiment, nous cherchons une harmonie entre le DEHORS et le DEDANS, entre le jardin et l’immeuble d’habitation. Le projet architectural dépasse une opposition classique bâti / verdure, pour proposer une intégration originale des logements dans son environnement.”

Le permis de construire a été déposé il y a un mois et est en court. Et d’ici à deux ans l’immeuble devrait voir le jour. Aujourd’hui, la coopérative cherche deux familles pour compléter le groupement pour que le projet puisse se concrétiser. Pour rentrer dans le projet, il faut être en dessous des revenus de PLS.

Contactez-les si cela vous intéresse ! dedansdehors75@gmail.com

Plein d’info dans les internets :

http://www.leparisien.fr/paris-75/ils-inventent-les-immeuble-made-in-parisiens-29-03-2016-5670457.php

https://dedansdehors.wixsite.com/dedans-dehors?fbclid=IwAR3I3WdlHGnyhGf9XgCtvXwhEi1OWaQ02kELEeuPxpY1BKNmeyTO9d9OGgU

https://www.facebook.com/DeddansDehors/

Je mange donc je suis. Exposition

exposition-je-mange-donc-je-suis

Une exposition au Musée de l’Homme

Comment l’acte de se nourrir, vital et quotidien, façonne-t-il en même temps nos identités à travers des pratiques culturelles, des rituels et des interdits ? Quel rôle a joué l’alimentation dans notre évolution ? Existe-t-il des aliments « genrés » ? Quels sont les impacts environnementaux liés à la production de ressources pour nourrir l’humanité d’aujourd’hui et celle de demain ?

Exposition « fait maison », Je mange donc je suis restitue au plus grand nombre les recherches menées par les scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle dans des domaines aussi variés que la formation du goût, les manières de table, la gastrodiplomatie, les modèles agricoles, les patrimoines culinaires, la consommation de viande, les OGM, l’alimentation de nos ancêtres…

La visite alterne thèmes de fonds, débats de sociétés et sujets « surprises » à travers la présentation foisonnante d’objets prestigieux, de collectes de terrain et d’œuvres d’artistes modernes et contemporains comme Pablo Picasso, Gilles Barbier, Pilar Albarracin ou Liu Bolin.

Au fil des trois salles, découvrez les enjeux contemporains de l’alimentation dans une mise en scène parfois décalée : vous pourrez vous asseoir à la table de l’Élysée, dialoguer avec une vache fictive sur les différents régimes alimentaires, regarder un extrait de l’Aile ou la cuisse ou admirer un crâne de pâtissier !

Cerise sur le gâteau, la programmation culturelle associée à l’exposition vous convie à de grands banquets commentés par des chefs et des chercheurs sur, entre autres, « L’alimentation à la Préhistoire » ou le « Bien manger » mais également à des tables rondes avec des experts ou encore des visites contées et olfactives. De quoi rassasier les plus gourmands… de connaissances !

Quand ?
Du 16 octobre 2019 au 1er juin 2020

Où ?
Musée de l’Homme
17 place du Trocadéro
75116 Paris 16

Combien ?
chômeurs, handicapés : Gratuit
tarif réduit : 9 €
tarif plein : 12 €

Site officiel
www.museedelhomme.fr

Et encore ?
Horaires : 11h-19h sauf les mardis, le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre

Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

La Revue dessinée – Automne 2019

 

 

Bonne lecture,

La Toile des AMAP n°131

PénélopeSaviez-vous que, selon le site internet du MIRAMAP (1), on dénombrait en France, en 2015, plus de 2000 (deux mille) « groupes en AMAP » représentant quelque 250 000 amapiens? Cela doit représenter, en tout cas, des centaines de blogs ou sites comme le nôtre…

Du Grand Est, je ramène cette semaine trois AMAP « cinquantenaires » (des anciennes régions Champagne-Ardennes et Lorraine) dont le nom joue sur la ville où elles sont situées. Leurs sites témoignent également de leur inventivité, que ce soit en terme de langue, de marché ou de santé!

Lire la suite