« Mission zéro déchet » est arrivé dans le Circul’livres

Mission zéro déchet

Un guide pratique pour passer au zéro déchet, même quand on a 8 ans ! Trier c’est bien, mais c’est déjà trop tard. Le zéro déchet est une façon bien plus efficace d’appréhender le problème de la pollution et de la surconsommation. Pour cela, il faut accepter de changer quelques-unes de nos habitudes et être vigilant sur notre manière de consommer. Un exposé de la situation, des solutions, des exemples, des astuces… il y a tout pour prendre conscience du phénomène et trouver des alternatives. Pour comprendre en images et avec humour que consommer moins, mais mieux, c’est être plus responsable. Carnet pratique jeunesse, Lucie Vallon, Vincent Berger, 40 p., 2021.

Bonne lecture,

« Je ne mangerai pas de ce pain-là » est arrivé dans le Circul’livres

Je ne mangerai pas de ce pain-là

L’auteur, ancien journaliste, dans une enquête de plus de trois ans sur les traces du véritable pain, met le doigt sur un immense problème de santé publique. Le blé moderne issu de transformations génétiques ayant permis de quintupler les rendements et de faciliter la panification nous empoisonne. Même les pains bio les plus chers sont en cause. On suit le pain depuis les origines de la panification ancestrale jusqu’à l’avènement du pain « mutant » trop salé, trop sucré, au gluten indigeste… dangereux pour la santé. Ses recherches le conduiront à changer de vie et à fonder Pane Vivo, une boulangerie naturelle à Paris. La bonne nouvelle est qu’une alternative existe : un pain à base d’anciennes variétés de blé dur moulu sur meules de pierre et fermenté avec un levain 100 % naturel. Un pain digeste à l’indice glycémique bas. Un pain qui fait du bien au palais, à la santé et à la planète. Enquête, Adriano Farano, 148 p., 2020.

Bonne lecture,

« Le mur des abeilles » est arrivé dans le Circul’livres

Littérature et écologie. Le mur des abeilles.

  • Autour des urgences écologiques et climatiques, des romans, des récits, des essais traduisent nos inquiétudes, cherchent leur souffle. Soutenus par des éditeurs ces œuvres partent à la rencontre de lecteurs curieux, engagés et de plus en plus fidèles. Dans cet ouvrage, l’auteur dresse l’inventaire de cette littérature qu’on appelle « écologique » ou « environnementale » ou encore « écopoétique ». Il en définit les contours, en décrit les deux versants : militants et méditatifs. Plus de 200 titres sont retenus dans cet ensemble. Des auteurs connus ou moins connus, archi-contemporains (Ah ! l’année 2018, une vraie boîte à livres), retenus de force comme Giono, Genevoix ou Exbrayat ou exhumés comme Maria Borrély. Deux entrées sont proposées : celle par genre littéraire (roman, conte, nouvelle, essai) et celle par cause (végétation, eau, pollution, animaux, etc.), qui peuvent se combiner. Le corpus peut se teinter : en vert, en bleu, en marron… Essai, Pierre Schoentjes, 420 p., 2020.

   

Bonne lecture !

« Une histoire des abeilles » est arrivé dans le Circul’livres

Une histoire des abeilles

  • Trois courts romans enchâssés qui n’en forment qu’un. Chacun est une chronique familiale dans laquelle les abeilles ont une histoire. Angleterre, 1852. Père dépassé et époux frustré, William a remisé ses rêves de carrière scientifique. Mais la découverte de l’apiculture réveille son ambition déchue : décidé à impressionner son unique fils, il se jure de concevoir une ruche révolutionnaire. Ohio, 2007. George, apiculteur bourru, ne se remet pas de la nouvelle : son unique fils s’est converti au végétarisme et rêve de devenir écrivain. Qui va donc reprendre les rênes d’une exploitation menacée chaque jour un peu plus par l’inquiétante disparition des abeilles ? Chine, 2098. L’Effondrement de 2045 a laissé la planète exsangue. Comme tous ses compatriotes, Tao passe ses journées à polliniser les fleurs à la main. Pour son petit garçon, elle rêve de l’avenir réservé à l’infime élite. Seulement, un jour, Wei-Wen tombe dans le coma après s’être aventuré seul dans une forêt… Afin de comprendre ce qui est arrivé à son fils, Tao se plonge aux origines du plus grand désastre de l’humanité. Le monde des abeilles est passionnant, son lien avec l’humanité est de toute éternité. Dans une langue très claire, en faisant vivre des personnages dans des lieux et des époques différents, l’auteur, avec une imagination implacable, nous en offre l’évidence. Roman, Maja Lunde, traduit du norvégien par Loup-Maëlle Besançon, 444 p., 2018.

   

Bonne lecture !

« Il est où le patron ? » est arrivé dans le Circul’livres

Il est où le patron ? Chroniques de paysannes

  • Au fil d’une saison agricole, dans un petit village de moyenne montagne, trois femmes paysannes, voisines de marché, se rencontrent, s’entraident et se lient d’amitié. Elles ont des parcours de vie différents : Jo vient de terminer ses études et s’installe tout juste pour reprendre une ferme caprine. Il y a cinq ans, Anouk a quitté la ville où elle habitait pour emménager à la campagne, depuis, elle est apicultrice. Coline, mariée deux enfants, est originaire du village. Elle a repris il y a dix ans la ferme et les brebis laitières de ses parents. Toutes trois sont confrontées au sexisme ambiant. En les suivant dans la pratique de leur métier, on accompagne leur cheminement quotidien sur les questions féministes autant que sur la difficulté de la vie agricole. En partageant leurs expériences, ces femmes se donnent la force de faire entendre une autre voie que celle du patriarcat. C’est bien enlevé ! Le ton est à l’humour bien plus qu’au règlement de compte : y a-t-il un meilleur moyen de dire que les femmes rencontrent des difficultés particulières dans ce métier ? Que si le machisme agricole pouvait mettre les bouts, on s’en porterait toutes et tous bien mieux ? Bande dessinée, Maud Bénézit et les paysannes en polaire, 190 p., 2021.

   

Bonne lecture !

« La Riposte » est arrivé dans le Circul’livres

La Riposte

Le roman anticipe sur l’état du monde dans dix ans. La crise écologique et climatique a apporté sa charge de misères et de violence d’état en France. Le pays est désagrégé. A Paris, c’est le chaos. Jonas a 37 ans, il est infirmier à domicile et prépare son départ au Nord de l’Europe pour une vie meilleure. Il se frotte à ses souvenirs du temps d’avant, à son histoire familiale, amicale et sentimentale. Il va aussi approcher, avec Khadija sa petite amie, le mouvement révolutionnaire qui est en train de se mettre en place. Il y a beaucoup de drôleries, inventives et lucides, dans cette dystopie. Beaucoup de férocités aussi. Roman, Jean-François Hardy, 208 p., 2021.

   

Bonne lecture !

« Cuisine nature… à toute vapeur » est arrivé dans le Circul’livres

Cuisine nature… à toute vapeur

Comment se réconcilier avec une cuisine légère et variée, intégrer souplement les céréales complètes dans nos habitudes alimentaires, par exemple. Ou maîtriser la cuisson à la vapeur. Un guide pour cuisinière pressée et pour ceux qui sont irrémédiablement fâchés avec les casserolesRecettes, Taty, 252 p., 1996.

   

Bonne lecture !

« Tous pollués » est arrivé dans le Circul’livres

Tous pollués

Un  dessinateur et un écologiste se rencontrent pour détourner des œuvres d’art célèbres et attirer l’attention sur les pollutions courantes qui  menacent chacun : médicaments, alimentation, perturbateurs endocriniens,  air, plastique, énergie nucléaire ou… transhumanisme. Le sujet est grave et traité avec humour. Réflexion illustrée, Red! et Stéphen Kerckhove, 60 p., 2018.

   

Bonne lecture !

« Le présage » est arrivé dans le Circul’livres

Le présage

Le présage est le livre des lichens. L‘écrivain observe la mort des lichens, les premières formes de vie à disparaître sous l’action de la pollution – radioactive en Sibérie, le fait de la modernité dans d’autres endroits du monde. Cette observation est le fil conducteur d’une méditation sur le rapport de l’homme à la nature dont la portée écologique est manifeste (le mot n’est utilisé qu’une seule fois) ; la raréfaction ou la disparition des lichens a valeur de signe, de présage. C’est aussi un livre de voyages ; l’auteur explore ce symbole et nous conduit de la Transbaïkalie à Venise, en Inde au contact des derniers lions d’Asie, en Thaïlande au milieu des lépreux, avant de revenir chez lui dans le Jura français et à sa collection de lichens rassemblée sur ses étagères. Le mélange entre grande sensibilité et lucidité est parfait. Essai écopoétique, Pierre Gascar, 182 p., 1972.

   

Bonne lecture !