Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Walden ou la vie dans les bois
Un roman, mythe fondateur de l’écologie moderne ! A 28 ans, Henry David Thoreau, poète et philosophe, s’installe dans une cabane qu’il a construite au bord de l’étang de Walden, à un mile de Concord, Massachussetts. Il y séjourne seul deux ans, deux mois et deux jours, ni trop loin, ni trop près de la société des hommes. Il vit du  travail de ses mains, reçoit quelques visites d’amis ou d’admirateurs. Il lit, observe la nature et cultive ses propres légumes. En 1844, il écrit son expérience de retour à la nature et de conscience environnementale. Fantasque, poétique et vivant, ce roman, en raison de sa dimension critique, est aussi un pamphlet que le bouillonnement de mai 68 a fait réapparaître pour sa pensée écologiste et libertaire. Surtout, Walden est l’affirmation philosophique de la nécessité de fondre toute action et toute éthique sur le rythme des éléments. Roman, Henry David Thoreau, 380 p. 1854 (1922 pour la traduction française).

 

 

Bonne lecture,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s