TélérAmap, semaine du 16 au 22 avril 2022

Cette semaine, dans Télérama, il y a tant de sujets qu’on ne sait plus où donner de la tête !

L’excellence des sujets écolos

  • dimanche 17 avril sur France 5 à 20h55, La grande bataille des toilettes. La gestion des excréments au niveau mondial pose un défi sanitaire et écologique dont on ne parle quasiment jamais car le sujet dégoûte. Selon l’OMS, la moitié de la population mondiale ne dispose pas de toilettes sûres. Des centaines de millions d’êtres humains défèquent en plein air. Or, un mauvais assainissement cause des diarrhées, des dysenteries, l’hépatite A, la typhoïde. Près de 400 000 enfants en meurent chaque année. Depuis 2011, sous l’impulsion de Bill Gates, la révolution des toilettes est née avec la volonté de donner des sanitaires à ceux qui n’en ont pas. Notre relation à nos déchets les plus élémentaires, les excréments, est un sujet très sérieux ; il est ici traité avec un gros sens de la pédagogie et pas mal d’humour.

Aide-mémoire

  • lundi 18 avril sur France 3 à 23h, Guérande, un peu de la beauté du monde. Retour en 1971 à Guérande où la lutte contre un projet de rocade a uni les paysans et néo-ruraux des marais salants. C’est le début d’une longue lutte où les plus faibles finiront par avoir gain de cause. Par la suite, ils inventeront collectivement un modèle alternatif pour préserver ce lieu magique qui est aussi leur outil de travail. 

Nature prodigieuse

  • mardi 19 avril sur Arte à 20h55, Diversité contre extinction : le grand défi de l’humanité. Réchauffement climatique, surpopulation et urbanisation galopante, déforestation, agriculture intensive, braconnage, orpaillage clandestin… : la liste des ravages engendrés par les activités humaines sur les écosystèmes est longue. Selon le Conseil mondial de la biodiversité, la Terre vit actuellement la plus grande extinction de masse depuis la disparition des dinosaures. En réponse aux conséquences terribles que les prédations humaines font peser sur le vivant, le documentaire montrent les hommes et les femmes – scientifiques, chercheurs, vétérinaires, paysans…– engagés au quotidien pour la préservation d’espèces sauvages, animales et végétales. Tourné aux quatre coins de la Terre et nourri d’images d’une nature somptueuse – sur terre, sous les mers et dans les airs –, par la diversité des initiatives salutaires qu’il met en lumière, il laisse espérer que tout n’est pas encore perdu.

La forêt, le peuple, le droit

  • mardi 19 avril sur Arte à 22h30, Amazonie, c’est la forêt qu’on assassine. Chaque jour, l’équivalent de cinq mille terrains de football sont déboisés en Amazonie. Les scientifiques démontrent que le sud de la région émet désormais plus de dioxyde de carbone dans l’atmosphère que ce que la forêt tropicale peut absorber. Pendant ce temps, la politique du président brésilien Jair Bolsonaro, dévoué au lobby agricole, favorise l’exploitation de la jungle et ignore les droits des indigènes. Mais ces derniers résistent et organisent leur défense. En août dernier, environ six mille d’entre eux se sont rassemblés lors de la plus grande manifestation d’autochtones de l’histoire du pays pour faire pression sur la Cour suprême chargée de se prononcer sur la question du « Marco Temporal » (limite de temps). Il s’agit de définir si la propriété des territoires par ces peuples est garantie par la loi comme un droit fondamental ou si elle est liée à la date d’entrée en vigueur de la Constitution brésilienne, le 5 octobre 1988. Autrement dit, si cette deuxième option est retenue par la juridiction, seules les terres occupées par les Indiens à cette date seraient reconnues comme ancestrales. Or nombre d’entre eux ont été déplacés par la dictature militaire (1964-1985) et n’ont pu les retrouver qu’après 1988.

Voyager vert

  • mardi 19 avril sur Arte à 22h30, Tourisme de masse : faut-il arrêter de voyager ? Avec un chiffre d’affaires d’environ 1 500 milliards de dollars par an avant la pandémie, le tourisme génère de l’emploi partout dans le monde. Mais entre les longs courriers aux prix de plus en plus réduits et les croisières aux calamiteux bilans carbone, les voyages ont un coût environnemental considérable. Entre besoin d’évasion et sentiment de culpabilité, comment se positionner en tant que voyageur responsable ? À l’échelle des villes, que faire pour limiter les dérives du secteur du tourisme ? La municipalité de Venise, par exemple, mise désormais sur un droit d’entrée et une surveillance numérique via des centaines de caméras pour mieux gérer ses flux de visiteurs, responsables de la dégradation de son archipel. De Barcelone à Dubrovnik en passant par Venise, ce documentaire aborde une thématique essentielle pour notre avenir, en donnant la parole à des maires, des acteurs du tourisme et des experts du climat, qui évoquent les initiatives envisageables en faveur d’un tourisme plus vert.

Cinéma

  • mercredi 20 avril sur Ciné+club à 19h30, La terre des hommes. En tant que fille d’agriculteur, Constance veut continuer la tradition familiale. Endetté, son père Bernard refuse de vendre ses terres. Constance veut reprendre l’exploitation avec le projet de passer à une production moins industrielle. Pour cela, elle a besoin de l’accord d’une commission. elle l’obtient grâce à Sylvain, mais l’aide de ce dernier n’est pas désintéressée. Un soir, il agresse sexuellement la jeune femme. Quand elle porte plainte, elle se heurte à l’animosité de tous. Bruno, son fiancé, ne sait plus quoi penser. Face à une hostilité grandissante, elle va devoir se battre pour faire valoir ses droits et garder sa ferme…

Planète, planète

  • jeudi 21 avril sur France 5 à 21h, Cataclysmes, les grands régulateurs. Notre planète est secouée par des cataclysmes qui bouleversent l’environnement et le monde vivant. Au fil des crises, les dommages qu’ils nous infligent sont de plus en plus nombreux et de plus en plus graves. Ces dernières années la science a progressé de manière fulgurante et de récentes découvertes nous font voir la Terre autrement. Longtemps on a considéré que chaque cataclysme était un phénomène isolé, résultant du hasard. Aujourd’hui les scientifiques découvrent que des liens existent. Ils démontrent que l’éruption d’un volcan impacte les océans, que des typhons sont susceptibles de provoquer des tremblements de terre, que la fonte des glaces risque de réveiller des volcans. Chaque fois que l’équilibre du globe menace de rompre, les cataclysmes interviennent en relation les uns avec les autres, comme des régulateurs. Ils sont dangereux pour l’homme mais expriment aussi la vie de la Terre, sa respiration, ses palpitations, ses battements de cœur.

L’hypothèse Gaïa

  • jeudi 21 avril sur Arte à 23h, Et si le monde tournait rond ? Le documentaire présente le concept d’économie circulaire, un système économique basé sur l’idée que rien ne devrait être jeté et que tout devrait être réemployé. Un modèle qui pourrait bien sauver notre planète, mais qui suppose de rompre avec nos habitudes et notre frénésie consumériste. Nous savons que nous sommes en train d’abîmer la planète – et nous savons ce que nous devrions faire pour y remédier : zéro carbone, zéro plastique, zéro hamburger. Alors pourquoi échouons-nous à faire ce qui sauvera la planète et nous sauvera nous-mêmes ? Il y a une raison très simple : notre attachement à l’économie linéaire et son credo « acheter, consommer, jeter ». Puisque dans la nature, tout déchet produit est source d’une nouvelle vie, notre économie devrait s’en inspirer dans les domaines les plus énergivores et polluants : le design, l’alimentation, le logement, la mode. À partir de la notion de circularité selon laquelle, du plus petit atome aux écosystèmes mondiaux, tout est interconnecté, une biologiste, un designer et un financier proposent des solutions concrètes permettant à nos sociétés de s’engager sur la voie d’une économie circulaire. Les exemples sont nombreux et très séduisants: « La maison des déchets » à Milan, des lunettes en mégots de cigarettes ou des vêtements fabriqués à partir de résidus d’agrumes. L’idée d’économie circulaire incompatible avec nos modes de consommation issus du modèle capitaliste fait son chemin…

Bonne semaine de TV, et d’ailleurs !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s