La Toile des AMAP n°76

PénélopeSaviez-vous que, selon le site internet du MIRAMAP (1), on dénombrait en France, en 2015, plus de 2000 (deux mille) « groupes en AMAP » représentant quelque 250 000 amapiens? Cela doit représenter, en tout cas, des centaines de blogs ou sites comme le nôtre…

Entre Normandie déjà visitée et Pays de la Loire en cours, j’aborde la Bretagne. A l’occasion de la présentation des sites ou blogs des trois groupes en AMAP choisies aujourd’hui, je parlerai des « AMAP Poissons » glissées dans leurs paniers. Ce thème m’a inspiré quelques autres considérations, à lire en fin de billet.

AMAP_LesFondusdupanier

AMAP des Fondus du Panier (49250 Beaufort en Vallée), http://lesfondusdupanier.blogspot.com

Créée en décembre 2007. Le blog de cette AMAP comporte entre autres rubriques celle des recettes (32), ou « l’AMAP aime » (événements). Parmi les contrats proposés, un contrat « poisson » (avec le GIE des pêcheurs de l’ile d’Yeu).

AMAP_LesPaniersdErquy

AMAP Les Paniers d’Erquy (22430), http://www.amap-paniers-erquy.fr

Créée en juin 2014. La rubrique « Activités » témoigne d’une belle diversité (atelier algues, balades champignons, ornithologie, tonte des moutons…). Contrats « Rillettes de poissons et plateaux de fruits de mer » via un producteur local travaillant « au plus près des pêcheurs ». Près d’une centaine de recettes. Dans les « News » figurent une série d’articles rédigés (par qui?) sous l’intitulé « Les nouvelles de la mer ».

AMAP_NageoiresdeBouvron

AMAP des Nageoires de Bouvron (44130), http://www.amap44.org/amap-nageoires-de-bouvron/

Bien que peu d’informations précises soient disponibles sur les pages du site de l’InterAMAP44 la concernant directement, l’originalité de cette AMAP « Poisson » du 44 (outre son nom) semble être d’avoir été créée « ex nihilo » en 2013 (plutôt que par regroupement des amapiens intéressés parmi des AMAP déjà existantes pour d’autres produits), selon un article paru dans Ouest France à l’époque. Elle a accompagné au moins une autre AMAP dans la transmission d’informations pour la mise en relation avec le GIE des pêcheurs de l’Ile d’Yeu.

*

*                  *

AMAP_poisson_44Jusqu’à ce que mes recherches m’amènent dans les Pays de la Loire, la quasi-totalité des contrats « Poissons » que j’avais pu remarquer dans les AMAP des régions déjà survolées pour la Toile des AMAP concernaient du poisson d’eau douce (poisson d’élevage, bio ou non, en général), en zone rurale souvent. Ici, sur les côtes atlantiques, il s’agit du produit de la pêche en mer. On trouve les informations concernant cette offre originale sur diverses pages du site de l’interAMAP 44 via telle ou telle des quelque 17 AMAP poissons (à ce jour): historique et origine, intérêt pour les pêcheurs, Charte élaborée par les patrons pêcheurs (4 ou 5) et les AMAP, mise en place d’une filière (transport…), opérations « ports ouverts ». Dans un premier temps, il s’est agi de regroupements d’AMAP ayant décidé de partager un même lieu (et un même jour) de distribution pour ces poissons en provenance du GIE des pêcheurs de l’Ile d’Yeu. Une fois par mois (9 mois par an), la pêche d’un bateau donné est livrée sous forme de cagettes de 3 à 4 kilos de poissons (parfois éviscérés pour mieux se conserver) aux amapiens qui se sont engagés sur toute la saison. Selon les fondamentaux des AMAP, les pêcheurs bénéficient de la stabilité des prix et d’une visibilité sur l’écoulement de leur pêche à venir. Cela permet aussi de maintenir la vente à la criée locale pour ce qui n’est pas écoulé auprès des AMAP. Par contre, aucun de ces « groupes en AMAP » ne s’est (sauf erreur de ma part) déclaré en association loi 1901: cela doit être difficile de mobiliser une équipe de bénévoles pour faire vivre la structure d’un groupe de personnes qui n’a d’activité commune qu’une fois par mois…

Ce que j’ai en tout cas trouvé particulièrement remarquable, c’est tout le processus de réflexion et d’adaptation d’une filière spécifique pour s’insérer dans l’esprit des AMAP (en commençant par contacter les Vuillon qui ont amené la première AMAP en France). Ce que, depuis Paris, je me demande maintenant, c’est dans quelle mesure il serait possible d’aller plus loin en valorisant davantage les produits de la pêche, par de la transformation (rillettes de poissons, conserves…). J’ai déniché sur internet un pêcheur qui pratique ainsi lui-même en Corse (mais pas forcément en lien avec une AMAP – je ne suis pas sûr qu’il en existe là-bas…).

(1) pour de plus longues listes: http://miramap.org/-Les-AMAP-.html (consulté le 01/07/2018).

Ta d loi du cine, membre de l’AMAP Réunion / Père Lachaise depuis 2010, présent sur la blogosphère depuis 2007.

Connaissant donc un peu le monde des blogs par ailleurs (et son fonctionnement en « réciprocité »), je vous demande de ne pas hésiter à « poster un commentaire » (si possible) en remerciement sous une recette ou un article qui vous a intéressé, sans oublier de mentionner le lien vers notre propre blog (éventuellement le lien de cet article-ci).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s