La Toile des AMAP N°178 – AMAP étudiantes & systèmes de paniers pour étudiants (8)

PénélopeSaviez-vous que, selon le site internet du MIRAMAP (1), on dénombrait en France, en 2015, plus de 2000 (deux mille) « groupes en AMAP » représentant quelque 250 000 amapiens? Cela doit représenter, en tout cas, des centaines de blogs ou sites comme le nôtre…

Je m’aperçois que j’avais un peu relégué vers mes ultimes articles les questionnaires des associations dont le logo m’avait le moins « accroché » (quoique leurs réponses soient intéressantes). Je vais subdiviser ce « fond de panier » (AMAP étudiantes & Systèmes de paniers pour étudiants, en fac et hors IDF) en 2 articles, dont voici le premier.

AMAP_Petits_Pieds_Nantais_44AMAP Petits Pieds (Nantes, 44), https://fr-fr.facebook.com/amapcampus/ et https://www.univ-nantes.fr/petits-pieds-nantais-2345301.kjsp

Constituée en octobre 2018, l’association Petits Pieds Nantais a repris en janvier 2019 l’organisation de la distribution de paniers d’AMAP sur le campus du Tertre de l’Université de Nantes (anciennement assurée sous le nom d’«AMAP Campus» et avec un rattachement à Solidaires Etudiant-e-s [ass. syndicale] pendant 8 ans). Plutôt « militantisme ou plutôt « Service aux étudiants » ? « L’objectif est double, mais principalement de permettre aux étudiants d’accéder à des légumes BIO à bas coût. De cette manière, ils prennent des habitudes pour leur vie future. (…) Depuis plusieurs années, des visites de fermes sont organisées par l’AMAP, mais n’intéressent pas toujours le plus grand nombre ». Réussites ? « L’aspect humain, nous n’avons qu’un seul producteur qui est tout le temps présent avec nous. Notre équipe est aussi investie. Ainsi que l’adaptabilité aux différentes demandes (et non un engagement unique sur le semestre) qui permet une certaine souplesse pour les étudiants. ». Difficultés ? « Nous avons toujours des problèmes d’étudiants qui ne viennent pas chercher leur panier (malgré les rappels sur les réseaux), et comme nous proposons une souplesse (report de panier), c’est souvent le producteur qui se retrouve avec des quantités en plus ».
Chiffres recueillis lors de l’enquête : Entre 10 et 14 livraisons par an en 2018-2019. Les inscriptions se font au semestre. « Pour chaque semestre, on propose entre 5 et 7 distributions, avec depuis l’année dernière, on demande un engagement de minimum 4 dates sur le semestre, choisies à l’inscription (…). Au premier semestre [2018-2019], on comptait 150 inscrits et de nombreuses demandes refusées. Au second, plutôt une centaine ».

L-Arrosoir-Pau_LesPaniers_64L’arrosoir – Les paniers (UPPA, 64013 Pau), https://larrosoirpau.legtux.org/blog/les-paniers et https://www.facebook.com/larrosoirpauplus/ et https://fr-fr.facebook.com/groups/larrosoirpau/

L’Arrosoir est une association estudiantine paloise engagée en faveur de la transition écologique. Elle a été créée en 2015, et les paniers, qui en sont seulement le second but, ont été mis en place en 2016. Objectif pour les paniers ? « Donner aux étudiants l’envie de manger bio et local. Service, mais surtout militantisme, militer pour une transition écologique ici et maintenant, en aidant les petits producteurs (logique agroécologie andine) ». Leur système revendique sa souplesse, en raison de leur public (étudiant). Conseils à donner ? « Éviter l’engagement pour les amapiens (sic !). Les étudiants, ça bouge énormément, il faut compter sur la stabilité des enseignants et des administratifs ».
Chiffres (2018-2019) recueillis lors de l’enquête : une livraison par semaine scolaire (hors vacances) [NDLR : ben oui, mais ça fait combien dans l’année ?]. Panier au coup par coup, engagement à la semaine (commande pour la semaine suivante). Nombre de panier hebdomadaire variant entre 20 et 40. « Turn-over d’une année sur l’autre et sur l’année universitaire, difficilement quantifiable du fait de notre fonctionnement souple. Turn-over aussi avec les producteurs (qui sont en pépinières et qui généralement partent s’installer plus loin) ».

Légumes & Cagettes rebelles (73370 Le Bourget du Lac / 74940 Annecy-le-Vieux), https://legumes-et-cagettes-rebelles.jimdofree.com/ et https://www.facebook.com/LegumesetCagettesRebelles/https://lcrannecy.ovh/ et https://www.facebook.com/LCRannecy/

Pour ces associations présentes sur deux sites de l’Université Savoie Mont Blanc dans deux départements (73 et 74), je n’ai véritablement eu réponse que pour le site du Bourget du LacLegumes_et_Cagettes_Rebelles_73_Le-Bouget_du_Lac. Une branche de « Légumes & Cagettes Rebelles » (créée en 2009 en Savoie) s’est développée à Annecy (Haute-Savoie), avec création d’une association autonome en mai 2019 Legumes_et_Cagettes_Rebelles_74_Annecy. Leur activité paraît bien rodée, avec des producteurs différents sur les deux départements (en raisonné en Savoie, en bio en Haute-Savoie). Enfin, j’ai vu que la branche d’Annecy a publié dernièrement pas loin d’une soixantaine de recettes sur son site internet.
Chiffres recueillis lors de l’enquête (site du «73» en 2018-2019) : les mangeurs adhèrent à l’association, puis peuvent réserver des paniers quand ils le souhaitent durant toute l’année universitaire. Une livraison tous les lundis, hors vacances et jours fériés. Fourchette de 126-150 paniers hebdomadaires (144 adhérents, majoritairement des étudiants, quelques membres du personnel, moins de 5 extérieurs). « La plupart des étudiants commandent des paniers régulièrement le long de l’année. Certains adhèrent à l’association plusieurs années d’affilée ! ».

FISKAL_5euroslepanier_56-VannesFiskal (UBS – Université de Bretagne Sud, 56000 Vannes), https://www.facebook.com/AssociationFiskal/

Moins doués en communication que les associations précédentes? Je relève l’absence d’un joli logo digne de ce nom! Créée en 2017, l’association Fiskal ne fait pas partie du réseau des AMAP. Créée par des étudiants pour promouvoir “la culture bretonne”, dont fait partie l’économie locale, la valorisation des produits et acteurs du terroir, ils ont trouvé leur producteur par l’intermédiaire du GAB (Groupement d’agriculture biologique) local. Objectifs ? Permettre aux étudiants de consommer «mieux»: plus sain, moins cher. Valoriser l’agriculture biologique, la consommation locale et en circuit court: induire un déclic chez le consommateur. Difficultés ? Il est difficile de bien diffuser toute l’information sur le campus de Tohannic et d’interpeller suffisamment les étudiants (ils ont besoin que l’on vienne à eux pour être intéressés).
Chiffres recueillis lors de l’enquête : Prix du panier = 7 euros, dont 2 euros pris en charge par l’UBS pour chaque panier. Au final, prix réduit (5 euros). Nombre de livraisons dans l’année inconnue. Entre 40 et 80 paniers. Etudiants, personnels et extérieurs bienvenus. Ces derniers ne bénéficieront pas de la réduction prévue par l’UBS cependant.

Je me permet de rajouter à cette occasion un complément à mon esquisse brossée la semaine dernière sur le soutien que peuvent apporter certaines Universités au «panier» alimentaire de leurs étudiants: sur le site de Lorient de l’UBS, les étudiants peuvent profiter de paniers fournis par Optim-ism, qui fait partie du réseau des Jardins de Cocagne. « Le panier contient 7€ de fruits et légumes mais leur revient seulement à 4€50 ».

Enfin, je vais citer in extenso la réponse de la «responsable de communication» Légumes et cagettes rebelles à ma question 6.3 «que conseilleriez-vous à un groupe d’étudiants qui voudrait créer une AMAP?» (2):

« Une AMAP est une association à but écologique, économique et social. C’est une belle initiative, mais si elle ne touche pas beaucoup de monde, elle ne va pas changer les mentalités !
L’organisation et la communication sont donc des clés essentielles, sur lesquelles nous allons travailler cette année.
Il faut tout d’abord trouver un bon maraîcher, et savoir exactement comment se dérouleront la livraison et la vente.
Après cela, on organise une bonne campagne de communication pour se faire connaître. Impérativement utiliser les réseaux sociaux : tous les jeunes y sont, rien de tel pour les sensibiliser. On évite les distributions de flyers qui finiront à la poubelle au bout de 10 minutes (pas très écolo). On préfèrera plutôt quelques affiches grand format, qui limitent l’utilisation de papier et qui sont très visibles (donc qui touchent beaucoup plus de monde).
Autre point essentiel : il faut faire en sorte que la première vente se déroule sans problème (la première impression ne pardonne pas). Si les premiers adhérents sont satisfaits, ils en parleront autour d’eux : c’est un cercle vertueux.
Et voilà ! L’association est lancée. »

Les trois dernières associations étudiantes que je présenterai la semaine prochaine (pour terminer cette série) sont toutes situées dans une même région.

(1) pour de plus longues listes: http://miramap.org/-Les-AMAP-.html (consulté le 14/08/2020).

(2) Comme déjà mentionné dans un autre article, voici le lien permettant de visionner le questionnaire que j’avais envoyé à mes associations étudiantes prospectées.

Ta d loi du cine, membre de l’AMAP Réunion / Père Lachaise depuis 2010, présent sur la blogosphère depuis 2007.

Connaissant donc un peu le monde des blogs par ailleurs (et son fonctionnement en « réciprocité »), je vous demande de ne pas hésiter à « poster un commentaire » (si possible) en remerciement sous une recette ou un article qui vous a intéressé, sans oublier de mentionner le lien vers notre propre blog (éventuellement le lien de cet article-ci).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s