Dans le circul’livres de Philippe-Auguste

Que ma joie demeure

Lors d’une nuit provençale où « les étoiles ont éclaté comme de l’herbe », Bobi le saltimbanque surgit sur le plateau. Pour le fermier Jourdan qui invite l’étranger chez lui, cette visite relève de la Visitation. Par ses incroyables paroles, Bobi s’annonce comme un personnage christique, gouverné par la joie, qui va bouleverser  le « travail triste » des paysans du coin, leur révéler une vie plus authentique, plus risquée aussi, tant elle exige de confiance en l’homme et dépasse les égoïsmes. L’argent n’est plus utile ; on parle de mettre le blé en commun… Roman, Jean Giono, 1935

 

Bonne lecture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s