TélérAmap, semaine du 27 avril au 3 mai 2019

Avec Télérama, l’écologie, c’est pas du cinéma !

Ils changent de propriétaire ?

  • samedi 27 avril sur Arte à 23h20 – A qui appartiennent les océans ? Dans un avenir proche, mers et océans risquent de devenir de véritables sources de conflits entre certaines nations concurrentes. Attirés par la richesse de fonds marins encore largement inexploités, nombre de pays côtiers cherchent à s’arroger des superficies considérables, parfois au détriment de leurs voisins. Créée en 1997 sous l’égide des Nations unies, la Commission sur les limites du plateau continental va, dans les prochaines années, jouer un rôle déterminant. Les experts gardent leurs secrets; les notions sont ardues et les démonstrations difficiles à suivre, mais l’ensemble est vif et traité avec humour.

Magnifique fin

  • Du lundi au vendredi, sur Arte à 17h35 – Le maître des abeilles. Cette série documentaire de 15 histoires, qui a commencé il y a deux semaines, nous fait découvrir la beauté et l’immense variété du monde des abeilles, les traditions, les techniques apicoles et jusqu’aux rituels que les hommes ont développés en côtoyant ces colonies d’insectes. Leur mise en danger avec l’utilisation massive des pesticides et le vertige qui nous prend en imaginant leur disparition. Lundi 29 avril, Turquie : Deux rivaux pour un trésor ; mardi 30 avril, Italie : L’abeille noire de Sicile ; mercredi 1er mai, Ethiopie : Des abeilles au service de la foi ; jeudi 2 mai, Nouvelle Zélande : Le trésor des Maoris ; vendredi 3 mai, Cameroun : Le miel sacré du peuple baka.Chisken run

    • mardi 30 avril sur Arte à 20h50 – Pauvres poulets. La majorité des œufs consommés en France et en Allemagne proviennent d’élevages intensifs, avec des conditions de vie souvent désastreuses pour les poulets. Encore le consommateur peut s’informer et choisir les œufs qu’il achète en coquille mais tous ceux qui entrent dans la composition d’autres produits du commerce, des cantines et des restaurants, sont plus difficiles à contrôler. Enquête en Europe sur cette industrie opaque et souvent peu respectueuse du bien-être animal.

On a mangé

  • mardi 30 avril sur Arte à 22h10 – L’homme a mangé la terre. En balayant, avec de formidables archives issues du monde entier, deux siècles de progrès jusqu’à l’ère du big data, le film remonte aux sources de la crise écologique, en interrogeant avec précision les enjeux scientifiques, économiques et politiques qui y ont conduit. Fourmillant d’informations, il éclaire l’histoire de cette marche folle, et les liaisons dangereuses entre industries militaire et civile. Entre capitalisme et mondialisation imposés par les grandes puissances, un décryptage passionnant du basculement dans l’anthropocène, funeste asservissement de la nature par l’homme.Action

    • mardi 2 mai sur France 3 à 23h25 – Vive la politique. Odeurs sur la ville. La série propose de montrer l’action publique au cœur de la vie citoyenne. Hum, plutôt efficace ! Première illustration : pendant deux ans, les habitants de La Talaudière, une petite ville aux portes de Saint-Etienne, ont vécu un véritable enfer : le linge sentait la putréfaction, les barbecues étaient inutilisables tant l’air ambiant était nauséabond, et les produits proposés au marché du samedi dégageaient une odeur pestilentielle. L’équipe municipale est allée au combat contre les abattoirs de la ville, qui rejetaient toute responsabilité dans cette pollution insupportable.

 

Anne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s