« Le souci de la terre » est arrivé dans le Circul’livres

Le souci de la terre

Les Géorgiques (« les travaux de la terre »), la deuxième œuvre majeure de Virgile, se présente en quatre livres. Les deux premiers sont consacrés à l’agriculture (céréales, vigne), les deux suivants à l’élevage (animaux, abeilles). Mais loin d’être un simple traité d’agriculture, il aborde des thèmes beaucoup plus profonds : guerre, paix, mort, résurrection et s’offre comme un chant à la fois de la beauté et de la fragilité du monde. Pour Virgile, détailler les soins à donner à la terre, délaissée et malmenée pendant les guerres civiles, en célébrer la beauté profonde, retisser les liens qui unissent les hommes aux végétaux et aux animaux, malgré l’instabilité du monde et le passage inexorable du temps, est l’espoir de retrouver la prospérité et la paix. Le poème se termine par la disparition des abeilles qui est le châtiment d’Orphée pour avoir perdu Eurydice. Cette nouvelle, si inquiétante et si contemporaine de la disparition du vivant sur la terre, ne saurait advenir. Ce poème antique se lit dans cette nouvelle et dernière traduction en vers libre comme un poème contemporain ouvert sur le grand souci de notre époque, le dérèglement climatique et la crise écologique. La préface est émouvante. Poème, Virgile, environ 2000 vers, entre 40 et 30 av. J.-C. Traduction du latin par Frédéric Boyer parue en 2019.

Bonne lecture !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s