La Toile des AMAP n°40

Pénélope

Saviez-vous que, selon le site internet du MIRAMAP (1), on dénombrait en France, en 2015, plus de 2000 (deux mille) AMAP représentant quelque 250 000 amapiens? Cela doit représenter, en tout cas, des centaines de blogs ou sites comme le nôtre…

Comme annoncé, j’ai commencé à suivre (virtuellement) les traces des AMAP dans la région Occitanie (qui regroupe depuis plus de deux ans les anciennes régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon). J’ai débuté mes recherches par la visite du site officiel du réseau des AMAP Midi-Pyrénées (http://amapreseau-mp.org/liste-amap-midi-pyrenees), pour creuser ce que j’y trouvais concernant cinq des anciens départements Midi-Pyrénéens (Ariège [09], Aveyron [12], Gers [32], Lot [46], Tarn et Garonne [82]). Et – frustration intense – malgré moult recherches documentaires, je n’ai pas trouvé grand-chose à nous mettre sous la dent en terme de présence remarquable sur la toile pour la petite trentaine d’AMAP identifiées. Voici ce que j’ai jugé – depuis Paris – le plus notable pour des amapiens internautes non-locaux.

AMAP_LesPaniersduPic-09
AMAP Les Paniers du Pic, http://amap09-montgailhard.blogspot.fr

Cette AMAP, créée en mai 2011, propose des contrats légumes, fromages et poissons. Le blog que j’ai trouvé, pas mis à jour depuis 2015, compte une vingtaine de recettes en ligne. Il comportait des rubriques intéressantes, « C sur la toile » ou « C vous qui le dites ». Peut-être personne n’est-il plus disponible pour les alimenter?

AMAP_de_Gourdon_ConsomActeurs46

AMAP de Gourdon (Consom’acteurs 46), 46300 Gourdon, http://consomacteurs46.fr

Ici, ce qui a attiré mon attention est la référence explicite à une Intermap Dordogne [24] et Lot [46], donc interrégionale (Occitanie / Nouvelle Aquitaine [naguère Midi-Pyrénées / Aquitaine]), entité créée entre plusieurs AMAPs de la « région » Quercy / Périgord. Cette AMAP de Gourdon ne figurait pourtant pas sur le site du réseau Midi-Pyrénées (je l’ai trouvée grâce à Avenir Bio). Par ailleurs, plusieurs groupes de travail se sont constitués chez les consom’acteurs de Gourdon (communication; mise en place d’une Cagnotte solidaire; alternative aux pesticides). Enfin, le blog affiche une douzaine de recettes, les dernières datant de fin 2017.

MirepoixChiche

Mirepoix’Chiche [association « type AMAP »], 09500 Mirepoix, http://www.mirepoixchiche.org

La page d’Avenir Bio concernant l’Ariège indiquait davantage d’entités avec précision « n’est pas une AMAP » que le réseau « officiel » ne répertorie d’AMAP. Le site de Mirepoix’Chiche mentionne, lui, « association type AMAP ». Quand on le visite, la différence ne saute pas aux yeux, notamment à la lecture du « Qui sommes-nous »: contrats, paiements à l’avance, aide à la distribution à tour de rôle… J’ai donc pris contact par mail pour en avoir le coeur net. Je présupposais diverses raisons pour une non-adhésion assumée au mouvement AMAP: différences inconciliables entre la Charte de l’agriculture paysanne validée par la FEDEAR en 1998 et les Chartes des AMAP successives (versions 2003 ou 2013); fonctionnement de l’association inconciliable avec le fonctionnement des AMAP « officielles »; souhait de fonctionner en autogestion au niveau local; absence d’intérêt, pour Mirepoix’Chiche, de se rattacher à un réseau départemental, régional ou national; montant de la cotisation marquant l’adhésion au réseau AMAP. Je cite in extenso la réponse (bien éclairante) reçue de la Présidente de l’association: « Les raisons de notre choix sont multiples, celles que vous avez citées en font partie, en particulier la volonté de gérer cette association en 100% local. Nous étions au départ une vingtaine autour de la table pour faire les choix, rédiger le règlement intérieur, fondement de nos principes. Parmi ces gens, une grosse moitié de paysans pas forcément intéressés à vendre leurs produits mais désireux d’aider les jeunes qui venaient de s’installer, de développer un circuit court à Mirepoix et de recenser les producteurs et productions locaux. A la lecture des documents AMAP, les paysans, dont je fais partie, ont été choqué de l’infantilisation des paysans dans tous ces textes où, pour schématiser, les amapiens devaient mener les paysans vers la lumière des bonnes pratiques. De plus, nous avons considéré pouvoir, seuls, mettre en place ce type d’association. Les outils proposés par le réseau des AMAPs ne nous ont pas convaincus, les contraintes nous ont rebutés et le surcoût pour nos adhérents également. Il y a beaucoup de personnes en difficulté dans notre secteur et le surcout engendré peut contribuer à les dissuader de nous rejoindre. »

 

Mon angle à moi, je le rappelle, est d’abord de trouver des blogs ou sites d’AMAP, en France, pouvant contenir des idées, des suggestions, des informations… susceptibles d’éveiller de l’intérêt au-delà du seul cercle de leurs propres amapiens. Parisien branché sur des tuyaux virtuels, mais déconnecté des réalités du terrain rural, il est certes prématuré pour moi de tirer des conclusions sur cette Toile des AMAP d’Occitanie (et de Midi-Pyrénées pour commencer). La lecture du livre d’Annie WEIDKNNET, AMAP, histoires et expériences, m’avait fait soupçonner que la situation locale n’était pas simple (points susceptibles de faire débat: AMAP restant sous forme d’associations de fait; existence de nombreuses association « de type AMAP »; adhésion aux principes AMAP mais pas d’adhésion au réseau; pas de volonté de faire réseau, ni de développer le mouvement avec recours à un ou des chargés de mission de développement salariés…). J’ai besoin de davantage de temps pour creuser le sujet, il reste certainement des AMAP susceptibles de posséder un site, un blog ou un facebook intéressant dans la région. Les AMAP du Tarn ont leur propre réseau et leur propre site (http://www.reseauamaptarn.fr) et j’aurai certainement l’occasion d’en reparler dans de prochains articles. Une AMAP du Tarn (créée en décembre 2016) figurait cependant sur le site Midi-Pyrénées, alors qu’il n’y avait strictement aucune occurrence pour les Hautes-Pyrénées [65]. Quant au département de Haute-Garonne [31], il n’est pas loin de compter à lui seul presque autant de population que les 7 autres départements réunis, et l’agglomération de Toulouse (ou « unité urbaine » de 73 communes) y couvre environ 950 000 habitants.

(1) pour de plus longues listes: http://miramap.org/-Les-AMAP-.html (consulté le 01/01/2018).

Ta d loi du cine, membre de l’AMAP Réunion / Père Lachaise depuis 2010, présent sur la blogosphère depuis 2007.

Connaissant donc un peu le monde des blogs par ailleurs (et son fonctionnement en « réciprocité »), je vous demande de ne pas hésiter à « poster un commentaire » (si possible) en remerciement sous une recette ou un article qui vous a intéressé, sans oublier de mentionner le lien vers notre propre blog (éventuellement le lien de cet article-ci).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s